Régionales en France: dans la dernière ligne droite, la double campagne de Xavier Bertrand

Xavier Bertrand, candidat à sa succession dans les Hauts-de-France, vote dans son fief de Saint-Quentin, dans l'Aisne, le 20 juin 2021.
Xavier Bertrand, candidat à sa succession dans les Hauts-de-France, vote dans son fief de Saint-Quentin, dans l'Aisne, le 20 juin 2021. AFP - FRANCOIS LO PRESTI

Avant le second tour des régionales, un peu partout en France, les candidats jettent leurs dernières forces dans la bataille. Grand vainqueur du premier tour dans les Hauts-de-France, Xavier Bertrand multiplie les réunions publiques. Donné grand favori face au RN Sébastien Chenu, qu'il a devancé de 15 points, et à l'écologiste Karima Delli, Xavier Bertrand se projette de plus en plus vers 2022.

Publicité

De notre envoyée spéciale à BreteuilAnne Soetemondt

« C'est aux gens de me dire s’il faut être confiant. C’est comme si on était à la mi-temps et qu’on était mené. Je sais que c’est pas le cas, mais il faut faire la même campagne que si on était mené. »

Il n’y a pas de triomphalisme. Xavier Bertrand mène sa campagne d'entre-deux tours comme un challenger, enchaîne les réunions avec un mot d'ordre : « Faire campagne nuit et jour jusqu'à dimanche ». « Si vous commencez à vous dire : "On a pris un petit peu d’avance, on va pouvoir lever le pied", ça veut dire que vous allez pas respecter pas les gens. Faut pas charrier tout de même, c'est pas de la faute des électeurs le taux d’abstention, c'est de la faute des politiques. »

« Les gens reconnaissent qu'on a bossé »

Une campagne de terrain qui a porté ses fruits au premier tour. Xavier Bertrand a créé la surprise en arrivant à 15 points devant le RN. Le président sortant de la région Hauts-de-France a-t-il été surpris par son score de dimanche 20 juin ? « Oui, sincèrement. Peut-être que les gens reconnaissent qu'on a bossé », dit-il. De quoi donner des ailes au prétendant à l'Élysée qui n'hésite pas à faire référence à ses ambitions. « Vous le savez, si je suis élu, si j’ai la confiance des gens de la région dimanche, je serai candidat à l’élection présidentielle. Moi, vous savez, je dis toujours les choses », glisse-t-il.

Le candidat se régale à l'idée qu'Emmanuel Macron puisse glisser un bulletin Bertrand dimanche pour faire barrage au RN, la liste En marche étant éliminée. « Tous ceux qui veulent m’aider à faire reculer le Front National sont les bienvenus  », affirme Xavier Bertrand. Son sourire, alors, en dit long sur l'état d'esprit du premier candidat de droite déclaré pour 2022.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail