Covid-19: Macron n’exclut pas une troisième dose de vaccin pour les vaccinés de plus de 6 mois

Le président Emmanuel Macron lors de son allocution aux Français, le 12 juillet 2021.
Le président Emmanuel Macron lors de son allocution aux Français, le 12 juillet 2021. © Élysée

C'est une petite phrase glissée dans l'allocution d'Emmanuel Macron le lundi 12 juillet, mais qui n'est pas passée inaperçue: la possibilité d'administrer une troisième dose de vaccin aux personnes vaccinées de plus de six mois. Selon le chef de l'État, cela permettrait de maintenir un niveau de protection élevée, mais il y a encore très peu de données sur le sujet.

Publicité

Une troisième dose de vaccin après six mois pour faire remonter le niveau d'anticorps, c'est la proposition d'Emmanuel Macron. Une proposition qu'aucune publication scientifique n'étaye cependant. En effet, à l'heure actuelle, seul un communiqué de Pfizer fait état d'une baisse du niveau de protection. Le laboratoire américain dit s'appuyer sur les données israéliennes où une baisse du taux d'anticorps chez les personnes vaccinées est observée après ce délai.

Mais les anticorps ne sont pas la seule composante de notre système immunitaire et leur diminution avec le temps est naturelle et ne préjuge en rien d'une perte d'efficacité d'un vaccin. Par exemple, ceux induits par la vaccination contre la fièvre jaune finissent par devenir indétectables dans notre organisme avec le temps alors que le vaccin protège pourtant à vie.

La possibilité d'une troisième dose pour les personnes immunodéprimées

Pour le coronavirus, on manque encore de données et de recul pour savoir ce qu'il en est exactement, toujours est-il que les principales autorités sanitaires estiment qu'évoquer une troisième dose dès maintenant est prématuré et que la protection conférée par deux doses est suffisamment robuste. La troisième injection ne serait donc pour l'instant réservée qu'aux personnes immunodéprimées, comme cela est déjà pratiqué en Israël. 

Face à cette éventualité de l'administration d'une troisième dose, le patron de l'OMS a tapé du poing sur la table : pour Tedros Adhanom Ghebreyesus, une troisième dose ne fait « aucun sens » tant que la quasi-totalité de la population des pays pauvres n'a pas encore vu l'ombre d'une dose d'autant que les livraisons au dispositif Covax sont quasiment au point mort. L'OMS tape sur les pays riches taxés d'égoïsme et sur les fabricants, Pfizer et Moderna en tête. L'OMS leur demande de ne pas donner la priorité aux commandes de troisième dose dans les pays qui ont déjà un taux de vaccination élevé.

À lire: Covid-19: en France, l'exécutif mise sur le vaccin pour échapper à une quatrième vague

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail