Covid-19: «Aller vers», un dispositif pour aider les plus isolés à se vacciner en France

Vacciner les plus isolés, c'est l'objectif du dispositif «Aller vers», mis en place par le ministère de la santé et des solidarités.
Vacciner les plus isolés, c'est l'objectif du dispositif «Aller vers», mis en place par le ministère de la santé et des solidarités. REUTERS - STEPHANE MAHE

Le cap des 40 millions de personnes ayant reçu au moins une dose a été atteint, 62% des Français majeurs ont reçu leurs deuxième dose. L'accélération de la campagne de vaccination ne fait pas de doutes. Pourtant, il reste des personnes à contacter souvent isolées pour leur proposer une vaccination. 

Publicité

Avec Julien Chavanne, notre envoyé spécial à Papeete

Ce mardi 27 juillet, depuis la Polynésie, le président Emmanuel Macron s'est félicité du fait qu'un Français sur deux avait reçu une première dose de vaccin. Mais il a appelé à continuer. « Il faut toujours faire plus, toujours faire plus, toujours faire plus, a-t-il insisté. Je ne vais pas vous dire que c'est un point d'arrivée, je pense que c'est une étape. Je me félicite que ces dix derniers jours, on ait fortement accéléré. Il y a donc eu une prise de conscience, une mobilisation, mais on doit continuer à vacciner, on a encore des doses disponibles. On les a ici, en Polynésie française, et il faut faire davantage, et je continue à appeler tous nos concitoyens à la vaccination, et en particulier nos concitoyens les plus âgés ou en situation de surcharge pondérale, ou qui ont de l'hypertension. je le dis parce que même s'ils ont le sentiment qu'ils sont protégés, s'ils sont touchés par le virus, on le sait, ce sont eux qui ont le plus grand risque d'hospitalisation aux urgences, et donc il ne faut pas relâcher l'effort. on continue et on vaccine. »

Reste que pour certaines populations, l'accès à l'information sur le vaccin ne se fait pas naturellement. Personnes âgées, avec des comorbidités, prisonniers ou grands précaires : ce sont les publics visés par le dispositif « Aller vers » du ministère des Solidarités et de la Santé.

5 000 généralistes

D'abord réservée aux plus de 75 ans, la stratégie « Aller vers » veut faciliter la prise de rendez-vous pour les personnes restées en dehors du parcours vaccinal. Concrètement, l'Assurance maladie les appelle et leur propose des créneaux horaires près de chez elles. Ou le personnel médical se déplace, par exemple, directement en prison.

Depuis une dizaine de jours, les médecins traitants peuvent aussi demander la liste de leurs patients non-vaccinés auprès de l'Assurance maladie : ils sont plus de 5 000 généralistes a avoir fait la démarche.

Pour atteindre les personnes isolées, oubliées, ou ne pouvant pas se rendre dans un centre de vaccination, d'autres méthodes ont été mises en place, dont le déploiement de centres de vaccination éphémère sur les plages, dans les centres commerciaux ou même dans des bus pour atteindre les endroits les plus reculés. 

► À lire aussi : Covid-19: en France, une couverture vaccinale très variable selon les régions

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail