Japon: trois ans après sa disparation, la famille de Tiphaine Véron espère une enquête

Damien Véron et Sibylle Véron, frère et sœur de Tiphaine Véron, disparue au Japon en 2018. Ils posent devant une fresque à l'effigie de leur sœur à Poitiers, le 29 juillet 2021.
Damien Véron et Sibylle Véron, frère et sœur de Tiphaine Véron, disparue au Japon en 2018. Ils posent devant une fresque à l'effigie de leur sœur à Poitiers, le 29 juillet 2021. © GUILLAUME SOUVANT/AFP

La Française Tiphaine Véron a disparu depuis maintenant trois ans au Japon et à ce jour, il n'y a toujours pas d'explications. Sa famille tente de faire bouger les choses notamment en poussant le Japon à ouvrir une enquête criminelle.

Publicité

La ville de Poitiers a inauguré ce jeudi 29 juillet une fresque géante représentant le regard d'une de ses habitantes, Tiphaine Véron, dont la disparition au Japon il y a trois ans n'a pas été élucidée à ce jour. « Un mur sur un passage obligé vers de nombreux axes de Poitiers, qui donne à Tiphaine une visibilité énorme », a expliqué Sybille Véron, sa sœur.

Dans le même temps, la famille de Tiphaine Véron déplore que l'hypothèse criminelle n'ait jamais été véritablement explorée par les enquêteurs. Son frère Damien Véron qui se bat sans relâche depuis trois ans pour avoir des explications et évidemment espérer la retrouver vient de faire appel à un détective privé pour trouver de nouveaux éléments.

Une commission rogatoire adressée au Japon

Une commission rogatoire internationale va aussi être adressée au Japon en vue de réaliser de nouvelles investigations. Pour Damien Véron, interrogé par RFI, il faut que les Japonais se plient à cette commission : « Il y a des éléments qui relèvent de la procédure comme les données téléphoniques. Il faut absolument que les Japonais répondent à la commission rogatoire internationale [...] Il faut des actes ! Il faut qu'ils ouvrent une enquête criminelle ».

Tiphaine, auxiliaire de vie scolaire de 36 ans, qui souffrait d'épilepsie, a disparu le 29 juillet 2018, deux jours après son arrivée au Japon en vacances. Elle s'est volatilisée sans laisser de trace à Nikko, paisible cité touristique au nord de Tokyo, entourée de collines et de bois aux sanctuaires réputés.

« Je pense malheureusement que Tiphaine a fait une mauvaise rencontre. J'ai très peur qu'elle puisse être séquestrée quelque part », raconte son frère Damien Véron à RFI.

À son hôtel, les enquêteurs ont retrouvé passeport, valise et un programme de visites minutieusement préparé, rendant peu probable un suicide ou une disparition volontaire.

Samedi, Emmanuel Macron en visite au Japon a évoqué l'affaire avec le Premier ministre japonais Yoshihide Suga. Il a, selon l'Élysée, demandé « toute la coopération des autorités exécutives et judiciaires japonaises ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail