Présidentielle 2022: le débat des écologistes dominé par la question de la décroissance

Plusieurs candidats écologistes à la primaire des Verts, de gauche à droite, Éric Piolle, Delphine Batho, Sandrine Rousseau et Yannick Jadot. Il manque le centriste Jean-Marc Governatori sur l'image.
Plusieurs candidats écologistes à la primaire des Verts, de gauche à droite, Éric Piolle, Delphine Batho, Sandrine Rousseau et Yannick Jadot. Il manque le centriste Jean-Marc Governatori sur l'image. AFP - GEOFFROY VAN DER HASSELT

Plus de 50 000 personnes se sont - pour le moment - inscrites pour voter à la primaire des écologistes dont le premier tour aura lieu la semaine prochaine du 16 au 19  septembre. Delphine Batho, Yannick Jadot, Jean-Marc Governatori, Eric Piolle, Sandrine Rousseau : les cinq candidats ont débattu de façon apaisée à la télévision mercredi soir de leur vision de l'écologie, du nucléaire, ou encore de la laïcité. Mais c'est notamment sur la question de la décroissance que les candidats ont marqué leur différence.

Publicité

La décroissance, c'est l'axe de campagne de Delphine Batho : « On parle de quel est le projet de société, après quoi on court. Est-ce qu’on pense qu’il n’y a pas de limites, qu’on peut continuer à consommer toujours plus d’énergie, toujours plus de matières premières ou est-ce qu’on ouvre les yeux et qu’on est réalistes et que l’on conçoit que l’on doit organiser le retour à une empreinte écologique neutre ». La députée pousse dans leur retranchement ses concurrents. Yannick Jadot botte en touche : « Je ne veux pas d'un débat théorique, devant les Français où ils se perdent à chaque fois. Je veux qu’ils comprennent que l’écologie va répondre à leurs problèmes du quotidien ».

Eric Piolle n’est pas très à l’aise : « Je ne suis pas fan du terme de décroissance. Mon cerveau rationaliste d’ingénieur ne voyait pas la croissance du PIB, ça me semblait complètement absurde. La décroissance, je ne suis pas fan du terme non plus ». Encore moins fan, l'écologiste centriste Jean-Marc Governatori, de son côté, veut « réconcilier l'écologie et l'économie » : « Le sujet, c’est d’avoir une activité humaine compatible avec la biosphère dont les objectifs sont l’emploi et la santé totale ».

Quant à Sandrine Rousseau, elle, a d'autres priorités : « On a absolument besoin de revoir la fiscalité et de faire en sorte qu’on développe des services publics, de la culture, des produits d’émancipation. A la fin, je ne sais pas si cela fait de la croissance ou de la décroissance, et finalement, ça n’est pas le sujet ». Un sujet qui pourtant s'impose comme central dans cette primaire.

À lire aussi : Présidentielle 2022: Xavier Bertrand joue l'apaisement avec Les Républicains

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI