France: nouvelle journée de mobilisation contre le passe sanitaire, les soignants en pointe

Manifestants dans un défilé anti-passe sanitaire le 11 septembre, à Paris.
Manifestants dans un défilé anti-passe sanitaire le 11 septembre, à Paris. REUTERS - BENOIT TESSIER

Au moins 121 000 manifestants ont défilé samedi 11 septembre pour la neuvième semaine consécutive dans de nombreuses villes de France, dans le but de dénoncer le passe sanitaire. Ces rassemblements avaient lieu à la veille de l'entrée en vigueur de l'obligation vaccinale pour les professions de santé.

Publicité

À Lille, Clermont-Ferrand ou Paris, aides-soignantes, infirmières ou kinésithérapeutes sont venus grossir les rangs des cortèges pour dénoncer cette mesure qui leur sera imposée à partir de mercredi prochain, sous peine d'être suspendus. « On est au pied du mur. Le 15 septembre, des collègues et moi allons être suspendus sans salaire. Le système de santé n'avait pas besoin de ça », désespère Corinne, aide-soignante depuis 30 ans, venue de l'est de la France pour manifester à Paris.

► À lire aussi : La mobilisation contre l'extension du passe sanitaire ne faiblit pas

Dans le défilé de Bordeaux, sa collègue Maria, 50 ans, dénonce « un diktat » des autorités. « On nous menace de stopper nos salaires si on n'est pas vaccinés, enrage-t-elle, c'est une totale injustice. »  Après trois week-ends de baisse, les autorités elles-mêmes ont prédit un sursaut de la mobilisation, coalition hétérogène d'antivax, de gilets jaunes, de militants d'extrême droite ou, plus généralement, de personnes opposées au gouvernement.

Quelques incidents signalés

Environ 170 000 protestataires étaient attendus dans toute la France, dont 30 000 à Paris, a précisé une source policière à l'AFP. Le ministère de l'Intérieur avait compté 140 000 manifestants samedi dernier et 165 000 la semaine précédente.

Ce samedi, selon les préfectures, ils étaient 1 200 à Strasbourg, 1 700 à Rennes et à Vannes, plus de 2 000 à Lyon, 3 000 à Montpellier ou Nice, 2 500 à Toulon et à peu près autant à Bordeaux. Au total, selon le ministère de l'Intérieur, au moins 121 000 auraient battu le pavé dans toute la France, dont 19 000 dans la capitale.

À Paris, la manifestation du mouvement politique Les Patriotes menée par Florian Philippot, ex-numéro deux de Marine Le Pen à la pointe du combat contre le passe, a réuni quelques milliers de personnes au Trocadéro, a constaté un journaliste de l'AFP. Des intervenants ont qualifié le vaccin et le passe sanitaire de « barbarie », facteur de « ségrégation » ou d'« apartheid ».

Quelques incidents ont été signalés dans la capitale à la mi-journée autour des Champs-Élysées, où les forces de l'ordre ont tiré des grenades lacrymogènes. Plusieurs personnes ont été interpellées, selon une source policière. D'autres échauffourées ont opposé des gilets jaunes et la police dans l'après-midi. Obligatoire depuis le 21 juillet dans les lieux accueillant plus de 50 personnes, le passe sanitaire a été étendu à l'accès aux hôpitaux, sauf urgences, aux bars, aux grands centres commerciaux et aux 1,8 million de salariés au contact du public.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI