Présidentielle française 2022: Valérie Pécresse tente d'exister derrière Xavier Bertrand

La candidate à l'élection présidentielle Valérie Pécresse, lors des journées parlementaires du parti Les Républicains, à Nîmes le 9 septembre 2021.
La candidate à l'élection présidentielle Valérie Pécresse, lors des journées parlementaires du parti Les Républicains, à Nîmes le 9 septembre 2021. AFP - PASCAL GUYOT

Dans la course pour la candidature présidentielle à droite, Valérie Pécresse n'a pas rattrapé son retard vis-à-vis de Xavier Bertrand. Elle comptait sur la première édition de l'émission politique « Élysée 2022 » pour mettre un coup d'accélérateur à sa campagne. Mais ce jeudi soir 23 septembre, son duel avec le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait pour concurrent direct une autre joute télévisée, celle entre le leader des Insoumis Jean-Luc Mélenchon et le polémiste d'extrême droite Éric Zemmour. La présidente de la région Île-de-France et ancienne ministre a tout de même tenté de se faire connaître des Français.

Publicité

Fendre l'armure et se montrer telle qu'elle est. C'était l'un des objectifs de Valérie Pécresse. Alors, elle a joué sur la corde sensible en parlant de sa famille et elle a défendu l'exercice du pouvoir au féminin.

« Les femmes peuvent incarner un leadership, a-t-elle lancé. Et ça marche ! On a eu vingt-sept présidents de la République, hommes. Et Angela Merkel, c’est la concertation, Margaret Thatcher, c’est la fermeté. Parce que je crois qu’il faut savoir décider. Il faut savoir tenir. Et moi, quand je fais, je tiens ! »

Derrière Xavier Bertrand dans les sondages, elle assume sa position de challenger dans la course pour l'investiture à droite : « D’abord, il y a match et personne n’imaginait qu’il pouvait y avoir match avant que je ne présente ma candidature, cet été. Je sais qu’aujourd’hui, je peux gagner ce match. »

► À lire aussi : Présidentielle de 2022: pour sa rentrée, Valérie Pécresse veut marquer des points à droite

« L'islamisme, le totalitarisme du XXIe siècle »

Mais pour porter quelle droite ? Face au ministre de l'intérieur Gérald Darmanin, ancien du parti Les Républicains aujourd'hui en macronie, elle a du mal à marquer sa différence. Alors elle force le trait sur l'immigration et sur le séparatisme : « On a une immigration incontrôlée, et en plus, par-dessus, on a une intégration ratée. »

« Moi, Madame Pécresse… », commence Gérald Darmanin. Mais elle le coupe : « On ne confond pas islam et islamisme. C’est le totalitarisme du XXIe siècle, Monsieur Darmanin. » « Vous n’avez pas eu un mot pour nos compatriotes musulmans, C’est dommage », rétorque le ministre.

Pour convaincre, Valérie Pécresse s'appuie sur son expérience à la tête de la région Île-de-France. Mais si elle veut réduire l'écart dans les sondages, elle devra aller au-delà.

► À lire également : Présidentielle en France: Valérie Pécresse se présente en rassembleuse en Bretagne

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI