Procès du 13-Novembre: le mystérieux voyage de Mohamed Abrini en Angleterre

Mohamed Abrini, «l'homme au chapeau», le 2 novembre 2021 lors de son interrogatoire au procès du 13-Novembre. Il aurait dû se faire sauter à l'aéroport de Bruxelles en mars 2016, et a également participé à l'organisation des attentats en France.
Mohamed Abrini, «l'homme au chapeau», le 2 novembre 2021 lors de son interrogatoire au procès du 13-Novembre. Il aurait dû se faire sauter à l'aéroport de Bruxelles en mars 2016, et a également participé à l'organisation des attentats en France. AFP - BENOIT PEYRUCQ

Au procès des attentats du 13 novembre 2015, la cour continue d'entendre des policiers belges cette semaine. Ce mardi 30 novembre, un enquêteur est venu parler de Mohamed Abrini, « l'homme au chapeau », et du mystérieux voyage qu'il a effectué en Angleterre, en juillet 2015.

Publicité

Avec Marine de La Moissonnière, du service France de RFI

En prison, en apprenant la mort de son frère tué dans les rangs du groupe État islamique, Mohamed Abrini n'a qu'une obsession : partir en Syrie. Dès qu'il est libéré, il s'envole pour la Turquie et franchit la frontière. Il reste sur place une dizaine de jours, se rend sur la tombe de son frère, passe du temps avec un vieil ami, Abdelhamid Abaoud, le chef opérationnel des attentats du 13-Novembre.

Abdelhamid Abaoud ne lui parle pas de ses projets, assure Mohamed Abrini, mais lui confie une mission : se rendre en Angleterre pour récupérer de l'argent. Pour ce faire, il lui donne 2 000 dollars. Mohamed Abrini s'exécute. 

À Manchester en simple supporter de foot

Le voilà à Birmingham, début juillet, où il récupère environ 3 500 euros, puis à Manchester où il va au stade de foot en simple supporter, assure-t-il à la police belge. N'y était-il pas plutôt pour faire des repérages en vue d'un futur attentat ? En tout cas, un message audio retrouvé dans un ordinateur des terroristes des attentats de Bruxellesmentionne l’abandon d’un projet d’attaque en Angleterre.

Pourquoi avoir pris autant de risques pour rapporter 3 500 euros alors qu'il avait reçu 2 000 dollars pour ce voyage, interroge l'enquêteur belge qui n'a pas la réponse ? Et cet argent, où est-il passé ? Les déclarations de Mohamed d'Abrini à ce sujet n'ont cessé de fluctuer. Il ne sera entendu qu'en janvier.

À lire aussi : Procès du 13-Novembre, semaine 12: l’anonymat des enquêteurs belges fait polémique [Entretien]

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail