France: la famille de Samuel Paty porte plainte contre deux ministères

Les députés de l'Assemblée nationale française rendent hommage, le 20 octobre 2020, à Samuel Paty.
Les députés de l'Assemblée nationale française rendent hommage, le 20 octobre 2020, à Samuel Paty. © Gonzalo Fuentes, Reuters

La famille de Samuel Paty, professeur assassiné en octobre 2020 par un individu radicalisé près de son collège, en Île-de-France, a porté plainte ce mercredi 6 avril auprès du parquet de Paris contre les ministères de l'Intérieur et de l'Éducation nationale pour non-assistance à personne en péril et non empêchement de crime.

Publicité

Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie, a été poignardé puis décapité le 16 octobre 2020, près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, par un réfugié russe d'origine tchétchène, tué peu après par la police. L'homme de 18 ans, radicalisé, lui reprochait d'avoir montré en classe des caricatures de Mahomet.

Aujourd'hui, la famille de la victime lance une procédure contre les ministères de l'Intérieur et de l'Éducation nationale. La plainte a été déposée par Virginie Leroy, avocate représentant les parents et la sœur de Samuel Paty.

La famille du professeur d'histoire dénonce une série de défaillances. Les services de renseignement sont accusés de n'avoir jamais envisagé sérieusement le risque d'un attentat, et le rectorat de Versailles de ne pas avoir pris de mesures de protection.

Pour les proches de la victime, dès lors que les agents du ministère de l'Intérieur avaient connaissance d'une menace de niveau 4, Samuel Paty aurait dû bénéficier d'une protection policière. Cela aurait pu empêcher le projet criminel d'Abdoullakh Anzorov.

 À lire aussi: Un an après l'assassinat de l'enseignant Samuel Paty, où en est l'enquête?

La plainte dénonce de lourdes négligences : de la part des renseignements des Yvelines, du référent laïcité du collège, de l'académie de Versailles, ou encore de la conseillère technique sécurité du rectorat de Versailles, qui est restée totalement inactive et a refusé de déployer l'équipe mobile de sécurité de l'académie au collège, pourtant sollicitée à deux reprises par la principale.

La famille, restée silencieuse depuis 18 mois, depuis l'assassinat de Samuel Paty, veut des réponses précises sur les négligences ou défaillances à tous les niveaux.

►À relire : Des centaines de personnes rendent un hommage émouvant à Samuel Paty (2021)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail