France

France: pluies meurtrières sur la Côte d'Azur

A Biot, dans les Alpes-Maritimes, les flots ont envahi la commune, samedi 3 octobre.
A Biot, dans les Alpes-Maritimes, les flots ont envahi la commune, samedi 3 octobre. REUTERS/Eric Gaillard

Au moins seize personnes sont décédées dans des inondations consécutives à de violents orages qui se sont abattus ce samedi 3 octobre au soir sur la Côte d'Azur, dans le sud-est de la France. Quatre autres sont portées disparues. Dans un communiqué, l'Elysée a exprimé « la solidarité de la nation ». Le président de la République y « adresse aux familles et aux proches des victimes ses sincères condoléances ».

Publicité

En deux jours, la Côte d'Azur entre Cannes et Nice aura reçu l'équivalent en pluie d'un mois d'octobre moyen, soit 10 % des précipitations annuelles, a calculé la mairie de Nice. Des torrents d’eau et de boue ont déferlé dans les rues de la région. Un spectacle peu commun bien que la région soit fréquemment frappée par les orages violents. Ceux d’hier l’ont été tout particulièrement, et les inondations qui ont suivi ont provoqué la mort de seize personnes dans le département des Alpes-Maritimes. Le bilan n’était pas considéré comme définitif, en fin de nuit, tant les pompiers éprouvaient les pires difficultés à accéder à certains sites. Quatre personnes sont d'ailleurs toujours introuvables, selon un dernier bilan des autorités.

Les eaux déferlent

La promenade des Anglais, à Nice, a vu des eaux rouler sur sa chaussée, couchant ses arbres, alors qu'à Cannes, des véhicules étaient « emportés jusque dans la mer », selon les dires de son maire, David Lisnard. Plusieurs axes de circulation ont été coupés ce dimanche tôt, notamment l'autoroute A8 dans les deux sens entre Antibes et Saint-Laurent-du-Var - l'axe a été rouvert en fin de matinée.

Par ailleurs, aucun train ne circulera cette journée de dimanche entre Toulon et Nice et le trafic devrait être très perturbé lundi. De gros dégâts matériels sont à craindre alors que quelque 28 000 foyers étaient encore privés d'électricité dimanche matin.

Etat de catastrophe naturelle reconnu

Le Premier ministre Manuel Valls, en déplacement au Japon, a fait part de sa « profonde émotion » et de son « soutien aux familles endeuillées ». De son côté, le président de la République a témoigné de la « solidarité de la nation ». François Hollande remercie par ailleurs « les élus et les acteurs du secours qui se sont pleinement mobilisés ces dernières heures », selon un communiqué de l'Elysée.

Le chef de l'Etat, en déplacement dans le département sinistré, tout comme le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, a aussi assuré que l'état de catastrophe naturelle serait reconnu dès mercredi au Conseil des ministres. « Les indemnisations qui seront ensuite versées le seront dans un délai de trois mois », a précisé François Hollande. Un fonds de soutien aux collectivités locales sera également mis en place.

(avec agences)


■ Une région durement touchée

Les inondations survenues dans la nuit de samedi à dimanche sur la région de Nice sont à classer parmi les plus meurtrières de ces 25 dernières années sur le sol français, à l’heure où le bilan définitif n’est pas encore connu. Quatre autres événements de ce type se sont produits durant le dernier quart de siècle, toujours dans le Sud du pays.

Le 22 septembre 1992, 46 personnes, dont 37 à Vaison-la-Romaine (Vaucluse), avaient trouvé la mort suite à des inondations provoquées par un violent orage. Entre le 8 et le 10 septembre 2002, des pluies exceptionnelles avaient causé la mort de 24 personnes dans le Sud-est, principalement dans le département du Gard. Le 15 juin 2010, c’est le département du Var qui était dévasté : plus de 30 000 sinistrés et 25 pertes humaines. L’an dernier, entre le 17 septembre et le 30 novembre, 14 épisodes d’inondations répétées dues à des orages avaient au total causé la mort de 17 personnes des Pyrénées-Orientales aux Alpes-Maritimes.

Au cours des 25 dernières années, ce sont néanmoins les tempêtes sur la façade Atlantique qui se sont avérées les plus meurtrières : la « tempête du siècle » du 26 décembre 1999 qui avait coûté la vie à 92 personnes et privé d’électricité 3,4 millions de foyers, puis la tempête Xynthia qui, associée à une grande marée, avait provoqué la mort de 53 personnes, le 28 février 2010.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail