Accéder au contenu principal
France / Politique

François Hollande annonce une série de mesures pour «moraliser» la vie publique

François Hollande souhaite «éradiquer» les paradis fiscaux en Europe.
François Hollande souhaite «éradiquer» les paradis fiscaux en Europe. AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA
Texte par : RFI Suivre
13 mn

Ce mercredi 10 avril, à l’issue du Conseil des ministres, le président français François Hollande a annoncé une série de mesures afin de « moraliser » la vie publique. Parmi celles-ci, la mise en place d’une Haute Autorité de contrôle des patrimoines des ministres et des responsables des grandes administrations, ainsi que la création d’un parquet financier, à compétence nationale, pour lutter contre la grande délinquance économique et financière. Le chef de l’Etat s’est en outre montré déterminé à « éradiquer » les paradis fiscaux en Europe.

Publicité
  • Une Haute Autorité pour le contrôle des patrimoines

Les règles qui régissent le patrimoine des responsables publics seront « entièrement revues ». Une Haute Autorité, « totalement indépendante », contrôlera le patrimoine et les éventuels conflits d'intérêts des ministres, parlementaires et grands élus, a insisté François Hollande.

Le président de la République a par ailleurs rappelé que les patrimoines de ses 35 ministres seront rendus publics, « dès lundi » (15 avril).

  • Un parquet financier pour la lutte contre la corruption et la fraude

François Hollande a également annoncé la création d’un parquet financier, avec compétence nationale, à la manière du parquet antiterroriste, ce qui constitue une nouveauté : il y a bien un pôle financier mais pas de juge dédié à la corruption. Ce parquet sera accompagné d’un office central de lutte contre la fraude et la corruption. Le procureur spécialisé « conduira, coordonnera toutes les enquêtes sur ces graves infractions, ce qui aura le mérite, à la fois, de la concentration des moyens et de l'efficacité des procédures », a déclaré le chef de l'Etat.

  • « Eradiquer » les paradis fiscaux

Le chef de l’Etat a déclaré la guerre aux paradis fiscaux. « Les paradis fiscaux doivent être éradiqués en Europe et dans le monde parce que c'est la condition pour préserver l'emploi », a martelé le président français. « Je n'hésiterai pas à considérer comme paradis fiscal tout pays qui refuserait de coopérer pleinement avec la France ». Chaque année, la France établira une liste des paradis fiscaux à travers le monde. Le chef de l'Etat demande aussi que « les banques françaises et les grandes entreprises déclarent
à l'avenir leurs filiales partout dans le monde 
».

  • Sur le retour de Jérôme Cahuzac à l’Assemblée nationale

Le chef de l’Etat s’est dit « meurtri ». François Hollande est revenu sur les aveux de fraude fiscale de son ex-ministre Jérôme Cahuzac, qui a détenu un compte en Suisse puis à Singapour. « Blessé, heurté, meurtri même par ce qui s'est produit », le président français estime que les actes de Cahuzac vont à l’encontre de toutes ses «  conceptions personnelles, exigences politiques et engagements ». « Je ne peux pas laisser cette affaire sans une réponse à la hauteur », a-t-il soutenu.

Le chef de l’Etat a par ailleurs estimé que Jérôme Cahuzac, qui a menti devant le Parlement, ne pouvait en conscience redevenir député. « Il y a, je pense, une question de conscience si encore elle est possible d'être évoquée », a déclaré le chef de l'Etat, interrogé à l'Elysée sur l'éventuel retour au Palais Bourbon de son ex-ministre. « Comment venir au Parlement, là où un mensonge a été prononcé ? »

  • Sur la confiance accordée à ses ministres

François Hollande n'a pas commenté les rumeurs de remaniement gouvernemental qui circulaient ses derniers jours dans les médias. Le président de la République s’est contenté de déclarer que les attaques envers son ministre des Finances, Pierre Moscovici, étaient «  injustes ».

Allocution télévisée du président François Hollande

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.