Accéder au contenu principal
Edition

Les éditions Karthala prennent un coup de jeune

Xavier Audrain est le nouveau directeur exécutif des éditions Khartala.
Xavier Audrain est le nouveau directeur exécutif des éditions Khartala. DR

La maison d’édition Karthala, fondée en 1980 par Robert Ageneau, a changé de directeur exécutif. Xavier Audrain, 38 ans, ancien chercheur ayant publié sur les confréries religieuses du Sénégal, gère depuis 2013 la célèbre maison du 22, boulevard Arago, à Paris. Son défi : préserver l’existant à l’heure de la crise et du numérique.

Publicité

Les deux dernières meilleures ventes de Karthala en disent plus long sur son identité que n’importe quelle brochure ou grand discours. On trouve d’un côté un essai de l’africaniste Jean-François Bayart intitulé Les études post-coloniales, un carnaval académique, qui s’est écoulé à 3 000 exemplaires. De l’autre, Jésus pour le XXIe siècle de John Shelby Spong, un best-seller aux Etats-Unis qui revient sur la vie de Jésus en des termes accessibles au grand public.

Karthala, qui porte le nom d’un volcan des Comores et édite la revue Politique africaine, brandit fièrement l’étendard d’une « lecture non exotique » des évolutions en cours sur le continent noir. La maison est considérée, avec Présence africaine et L’Harmattan, comme l’une des plus pointues sur l’Afrique. En réalité, elle repose sur quatre piliers : l’Afrique, l’Asie, mais aussi l’histoire du monde chrétien et l’étude des langues « orientales » avec des dictionnaires et des recueils de contes et légendes.

Un nouveau directeur

« Avec cent titres par an, notre activité est plus proche de celle des éditions La Découverte que d’une maison portée sur les mêmes thèmes que nous, mais qui publie 2 000 ouvrages par an, dont une majorité à compte d’auteur », explique Xavier Audrain.

Cet ancien chercheur de Paris I (Panthéon-Sorbonne) a travaillé sur ceux qu’il appelle les « punks de Dieu », dans certaines branches de la confrérie musulmane des mourides au Sénégal. Il a gravi tous les échelons chez Karthala, de simple vendeur à directeur adjoint en 2012 puis directeur exécutif en 2013. Robert Ageneau reste présent dans la maison, où il a toujours son bureau, mais il a délégué l’essentiel de ses responsabilités.

« L’enjeu pour nous se pose en ces termes, explique Xavier Audrain : comment fait-on pour continuer à publier des ouvrages avec le même niveau d’excellence, dans un contexte où le livre a perdu le monopole de la transmission du savoir, avec une crise qui a réduit les moyens de financement des instituts de recherche pour publier ? »

La réponse : faire le pari de l’intelligence plutôt que celui des lois commerciales. « Nous ne sommes pas militants et ne faisons pas de "coups" éditoriaux juste pour vendre, poursuit Xavier Audrain. Nous cherchons à mettre à disposition les différents discours intelligents sur nos thèmes de prédilection, et à produire du débat ».

Un éditeur qui reste maître de sa distribution

Une personne a été embauchée pour s’occuper à temps plein du développement du numérique. Une offre de 1 238 livres électroniques payants en format PDF est disponible sur le site internet. Un responsable commercial a aussi été recruté, pour travailler les publics et partenaires cibles de la maison : les bibliothèques universitaires comme les instituts de recherche qui participent au financement d’un bon tiers des publications de Karthala.

La grande particularité de Karthala tient au fait qu’elle contrôle sa distribution. En témoigne l’impressionnant labyrinthe tapissé de livres qui se cache dans l’arrière-boutique du boulevard Arago. Chaque titre est stocké en plusieurs exemplaires, pour pouvoir être vendu à travers le monde, à la demande, pendant plusieurs années. Cette manière de faire permet de réaliser 45 % du chiffre d’affaires à l’international, grâce à des manuels tels que J’apprends le wolof... Le tout, sans intermédiaires pour prélever des pourcentages importants sur les ventes.

Pas question de mettre les livres au pilon chez Karthala. La maison, qui modernise les couvertures de ses livres, veut au contraire diversifier ses collections et se battre pour gagner en visibilité. Elle se montre sur le salon du livre à Bruxelles, et ira pour la première fois en novembre à Francfort. Dans les librairies de Paris, elle a commencé depuis la rentrée de septembre à installer des étagères spéciales pour mieux mettre en valeur ses titres phares, et à organiser séances de dédicaces et débats.

Robert Ageneau reste présent dans la maison, où il a toujours son bureau, mais il a délégué l’essentiel de ses responsabilités.
Robert Ageneau reste présent dans la maison, où il a toujours son bureau, mais il a délégué l’essentiel de ses responsabilités. Cristof Echard/

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.