Accéder au contenu principal
Hebdo

«Sacrés caractères», la web-série qui les explique

La série est disponible sur le site de France Culture.
La série est disponible sur le site de France Culture. @http://nvx.franceculture.fr/
4 min

Ils sont sous nos yeux en permanence, mais on ne sait plus trop les voir. Les caractères typographiques sont une histoire, des créations et sont surtout le fruit de beaucoup de travail. C’est ce que raconte Sacrés caractères, une web-série produite par France Culture, diffusée depuis le 27 novembre.

Publicité

Parler de la typographie avec des typographes, c’est un peu soudainement redécouvrir ce qu’on ne savait plus voir. Réaliser que des sentiments, des intentions résident dans la forme d’une lettre. Alors, quand dans les escaliers de la Gaieté lyrique lors de la présentation de la web-série Sacrés caractères, on se surprend d'entendre : « Je suis en train de faire une nouvelle typo mais je la trouve trop gentille… », on ne s’étonne pas vraiment, mais on essaie de mieux comprendre ce qu’est la typographie.

« Pris de vertige face à la liste de choix parmi les typos »

Sacrés caractères pourrait être un joli début d’explication. Film court après film court, on explore l’univers des lettres grâce à cette web-série qui narre le cadre contextuel d’une typo. Pas moins de cinq années de travail. La productrice l’a souligné lors de la présentation des premiers films à la Gaieté lyrique à plusieurs reprises : « Ce fut long ! » Mais la typo, les typos, c’est aussi en fait tout un tas d’histoires ! Beaucoup d’histoires...

Thomas Sipp, l’auteur, explique son engouement et l’envie de réaliser cette web-série : « J'ai été pris de vertige face à la liste de choix parmi les typos quand j'ai ouvert un logiciel de traitement de texte, mais à la fois un peu ennuyé par la rigueur des typographes. J’ai voulu mêler humour et histoire pour décrire cet univers. »

« A l’origine, explique Frank Adebiaye, créateur de typos et participant de la table ronde de présentation de Sacrés caractèresun typographe est un dessinateur de caractères (les fameuses typos), celui également qui compose le texte, mais aussi un correcteur. » Et maintenant ? « Tout le monde utilise la typographie. Vous utilisez un traitement de texte ? Vous faites de la typographie ! » Les métiers même ont muté, ajoute-t-il. « Un journaliste de presse écrite aujourd’hui est typographe. Les gens prennent conscience qu’ils sont partie prenante de cette aventure. Avant, il fallait un matériel spécifique coûteux et difficile à appréhender… »

« On peut dire plein de choses en dessinant des lettres »

Maintenant, l’aventure typographique se transforme vite en passion pour de nombreuses personnes et c’est ce que retranscrivent également les histoires narrées dans la web-série. Pour Frank Adebiaye, le déclic est apparu comme cela : « J’ai vite compris que la typographie, c’était une technologie d’impression puissante et fine mais ce qui m’a séduit, c’est que c’était aussi une technique d’expression. On peut dire plein de choses avec la manière qu’on a de dessiner des lettres, le rythme et la façon de combiner les mots. C’est un moyen de s’exprimer qui peut être très intime. »

Durant la table ronde, Frank Adebiaye s’est amusé de la citation « tout a été dit mais pas par moi », car c’est bien là, non sans humour parfois, le défi de la typographie : redire ce qui a été dit, mais différemment. Avec des débats, voire des combats amusants. Saviez-vous que des pétitions circulent pour tenter de convaincre la marque Ikea de conserver la typo Futura ? Ou que d’autres esthètes du bon goût typographique souhaitent supprimer les usages malvenus du Comic Sans ? La typographie, c’est un sujet sérieux, quasi diplomatique, mais aussi politique. On le comprend très bien quand Sacrés caractères aborde l’histoire de la typo Gotham, qui a servi pour la campagne de Barak Obama aux États-Unis.

Dernier conseil de typographe ? « Quand on part sur un principe, il faut s’assurer qu’on puisse le reproduire, explique Frank Adebiaye. L’important dans la typographie, c’est quand même la cohérence. Un principe de typographie m’est resté en tête, savoir respecter visibilité - homogénéité - cohérence. » Un joli principe qui pourrait s’appliquer aussi dans la vie somme toute...

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.