Accéder au contenu principal
Sciences

Prix IgNobel: pour d’ignobles Nobels à l’humour l’improbable

L’année 2014 du prix IgNobel a établi un très joli palmarès, décerné devant un millier de personnes.
L’année 2014 du prix IgNobel a établi un très joli palmarès, décerné devant un millier de personnes. Crédits: Getty Images/Bob Gurr/Iain Sarjeant/CC-BY 2.0 Gumuz
5 mn

Qui a dit que les scientifiques ne nous donnaient pas aussi des raisons de sourire ? Le 18 septembre 2014, au sein de la prestigieuse université américaine de Harvard, s’est tenu le rendez-vous annuel à ne surtout pas manquer de ceux qui aime la science décalée : la remise désormais traditionnelle des prix « IgNobel », un jeu de mot entre « ignoble » et « Nobel ». Ces prix récompensent les recherches les plus farfelues de l’année mais menées bien sûr avec la plus grande des rigueurs.

Publicité

L’année qui s’achève a été très riche en innovations scientifiques entre l’Agence spatiale européenne qui a posé un robot sur une comète à 500 millions de kilomètres de notre planète, les tribulations martiennes du robot Curiosity, le dernier rapport du Groupe d’experts internationaux sur le climat, le scandale des cellules Stap au Japon. Mais les chercheurs sont aussi sortis, comme chaque année des sentiers battus, avec la remise des dix « IgNobel », suivant un protocole bien précis : les lauréats reçoivent leurs prix des mains d’un véritable prix Nobel, ainsi qu’un joli chèque de 10 trillions de dollars… zimbabwéens.

L’année 2014 a établi un très joli palmarès (voir plus bas), décerné devant un millier de personnes. La cérémonie a aussi connu un moment émouvant lors de l’hommage rendu à Francis Fesmire, prix IgNobel 2006 récemment disparu. Il avait été récompensé pour son étude sur l’efficacité du massage rectal avec le doigt pour mettre fin à une crise de hoquet. Evidemment, les prix IgNobel ne récompensent que la crème de la crème de la science improbable. Des études se demandent aussi si manger à côté d’une personne obèse nous pousse à ingurgiter plus de nourriture (la réponse est oui, 44 % de plus !), si le fait de renifler pousse nos voisins à renifler également (là aussi, la réponse est oui), si avoir un prénom et un nom de famille court et simple à prononcer peut nous procurer un avantage social (oui), si un « Génie du Mal » est nécessairement génial.

D’autres études établissent que si on est un garçon mince, on a moins de microbes dans le nez. Ils donnent le moyen de calculer le chiffre Pi grâce à un fusil à pompe – au cas où l’humanité n’aurait plus d’autre moyen pour le faire (les auteurs de l’article prennent le prétexte d’une attaque de zombies). Elles établissent encore que les hommes sont en général plus idiots que les femmes, car ils sont plus souvent sujet aux morts bêtes. Sur ce sujet, on peut d’ailleurs aller visiter le site des Darwin Awards, qui récompensent « des personnes mortes ou stérilisées à la suite d'un comportement particulièrement stupide de leur part, et sont ainsi remerciées, le plus souvent à titre posthume, pour avoir, de cette façon, contribué à l'amélioration globale du patrimoine génétique humain. »

Mais les expériences improbables peuvent paradoxalement se révéler très utiles. Ainsi, le 21 novembre, une équipe française publiait un article tout à fait sérieux dans le journal tout aussi sérieux, Physical Review Letters, répondant à une question essentielle : jusqu’où peut-on déplier dans le vide un mètre à ruban enrouleur avant qu’il ne se torde ? Cela revient à se demander comment rendre une feuille de papier rigide sans l’enduire de produits chimiques ? Intuitivement, on va la plier un peu au milieu pour faire une sorte de rigole qui va lui permettre de tenir en équilibre. Dans ce cas-là, quelle taille maximale pourra avoir la feuille ? Ces chercheurs ont ainsi trouvé que l’élasticité du matériau n’entrait pas en compte, mais qu’il fallait plutôt regarder l’épaisseur et la largeur de la feuille. Un résultat a priori anodin, mais pas tant que ça : il induit beaucoup de choses très concrètes, notamment en architecture.

Palmarès des IgNobels 2014

Physique
Kiyoshi Mabuchi, Kensei Tanaka, Daichi Uchijima et Rina Sakai (Japon), pour « avoir mesuré la quantité de frottement entre une chaussure et une peau de banane, et entre une peau de banane et le sol, quand une personne marche sur une peau de banane posée sur le sol. »
www.jstage.jst.go.jp/article/trol/7/3/7_147/_article

 

Neurosciences
Jiangang Liu, Jun Li, Lu Feng, Ling Li, Jie Tian et Kang Lee (Chine et Canada), pour « avoir essayé de comprendre ce qui se passe dans le cerveau des gens qui voient le visage de Jésus dans un morceau de pain grillé.»
www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0191886913001918

Psychologie
Peter K. Jonason, Amy Jones et Minna Lyons (Australie, Royaume-Uni, USA) pour « avoir démontré que les gens qui se lèvent tard sont, en moyenne, plus narcissiques, plus manipulateurs, et plus psychopathes que les personnes qui se lèvent tôt. »
www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0191886913001918

Santé publique
Jaroslav Flegr, Jan Havlíček and Jitka Hanušova-Lindova et David Hanauer, Naren Ramakrishnan, Lisa Seyfried (République tchèque, Japon, Chine, Inde) pour « leurs enquêtes visant à déterminer s’il est mentalement dangereux pour un être humain de posséder un chat. »
- http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301051103000759
- http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0070585

Biologie
Vlastimil Hart, Petra Nováková, Erich Pascal Malkemper, Sabine Begall, Vladimír Hanzal, Miloš Ježek, Tomáš Kušta, Veronika Němcová, Jana Adámková, Kateřina Benediktová, Jaroslav Červený et Hynek Burda, (République tchèque, Allemagne, Zambie) pour « avoir collecté des données précises montrant que quand les chiens défèquent et urinent, ils préfèrent aligner leur corps le long de l’axe du champ magnétique terrestre Nord-Sud. »
www.frontiersinzoology.com/content/10/1/80

Zoologie
Marina de Tommaso, Michele Sardaro et Paolo Livrea (Italie) pour « avoir mesuré la souffrance relative des gens regardant une peinture horrible, plutôt qu’une jolie peinture, pendant qu’on leur envoyait un rayon laser puissant. »
www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1053810008001177

Economie
L’institut national italien de statistiques pour « avoir fièrement pris la tête des pays qui ont répondu à la demande de l’Union européenne, adressée à chaque pays, visant à augmenter la taille de son économie nationale en intégrant les revenus de la prostitution, des ventes de drogues illégales, de la contrebande et d’autres transactions illégales entre participants volontaires. »
http://www.istat.it/it/archivio/122962

Médecine
Ian Humphreys, Sonal Saraiya, Walter Belenky et James Dworkin (USA, Inde) pour « le traitement de saignements du nez "incontrôlables" en utilisant la méthode consistant à farcir de tranches de bacon dans les cavités nasales. »
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22224315

Nutrition
Raquel Rubio, Anna Jofré, Belén Martín, Teresa Aymerich et Margarita Garriga (Espagne) pour « leur étude titrée "Analyse des propriétés de bactéries lactiques, isolées dans les selles de bébés et destinées au démarrage de cultures probiotiques potentielles de saucisses fermentées". »
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0740002013001548

Et notre préféré : Sciences arctiques
Eigil Reimers et Sindre Eftestøl (Norvège, Allemagne) pour « avoir testé comment les caribous réagissent quand ils voient des hommes déguisés en ours polaires. »
http://www.bioone.org/doi/abs/10.1657/1938-4246-44.4.483?journalCode=aare&

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.