Accéder au contenu principal
Portrait

Vakartchuk, la voix rock de la révolution ukrainienne

Svyatoslav Vakartchuk.
Svyatoslav Vakartchuk. Edmond Huet

Ces jours-ci, le célèbre groupe ukrainien « Okean Elzy » a fêté son 20e anniversaire. Portrait du leader du groupe, Svyatoslav Vakartchuk, une des voix les plus fortes de la révolution « Euromaidan ».

Publicité

« Aujourd’hui, je suis sur cette scène pour dédier mes chansons aux Ukrainiens de l’Est et de l’Ouest. Cette protestation est pacifique. Nous prouverons qu’on est libres et dignes », lançait Svyatoslav Vakartchuk le 14 décembre 2013 depuis la scène du Maidan. Un an est passé et son discours, prononcé devant une centaine de milliers de spectateurs, reste un des moments forts de la révolution Euromaidan.

En ce jour hivernal, ce brun ténébreux et charismatique âgé de 39 ans attache le drapeau national jaune et bleu au pied de son micro et entame de sa voix rauque le célèbre morceau « Lève-toi ! ». Son refrain est repris par la foule aussi souvent que l’hymne national et inspire la révolution. Fin février, le mouvement protestataire conduit au renversement du président pro-russe Viktor Ianoukovitch. Une victoire pour ce musicien engagé qui incite ses concitoyens à s’impliquer activement et à être plus responsables dans leurs choix politiques.

« Lève-toi, exige plus ». Ces paroles, le leader du groupe Okean Elzy les a composées en 2001 en s’adressant à une jeune femme mais pour ses fans, il n’y a pas de doute, dans le contexte actuel, cette chanson d’amour se transforme en chanson politique. « Svyatoslav Vakartchuk est une légende. Il a toujours ressenti d’une manière très précise les mouvements qu’il y avait dans la société ukrainienne et les a retransmis dans sa musique », explique Anna Garmash, porte-parole du collectif Euromaidan France.

Acteur plutôt qu’observateur

Un an après la révolution, Svyatoslav Vakartchuk assure que son rôle de chanteur rock n’est pas plus important que celui d’un simple militant ukrainien ayant campé jour et nuit dans le froid sur la place de l’Indépendance. « Certains ont même donné leur vie. Moi je n’ai fait qu’accomplir mon devoir de citoyen », dit-il. Désormais, il chante également pour ceux qui se sont sacrifiés en partant dans l’Est pour protéger l’intégrité territoriale de leur pays. Ce 19 décembre, il a organisé un concert pour financer la rénovation de l’hôpital militaire de Zaporijya. Non loin de là, les soldats continuent le combat contre les séparatistes soutenus par la Russie.

Svyatoslav Vakartchuk souligne qu’il « n’est pas observateur mais bien acteur des processus de la société ». La vedette pro-européenne était un physicien avant de devenir chanteur du groupe fondé en 1994. Il a grandi à Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, en écoutant Rolling Stones, Queen, Les Zeppelin mais aussi la musique traditionnelle ukrainienne. Ses premières chansons en langue maternelle, Svyatoslav les a composées à l’âge de 17 ans. Jusqu’aujourd’hui, elles n’ont pas perdu leur popularité en Ukraine mais aussi dans les pays voisins. Ses chants lyriques et rock ont marqué des moments-clés de l’histoire de l’Ukraine indépendante. En 2004, il était déjà l’une des voix de la Révolution Orange qui avait porté au pouvoir l’ex-président Viktor Iouchtenko.

Un million de roubles

Svyatoslav est le fils de l’ancien président de l’université de Lviv, le physicien Ivan Vakartchuk. Quand son père a été nommé ministre de l’Education, le fils a décidé aussi de tenter sa chance dans la vie politique mais il a vite abandonné. « Cette expérience n’a pas été agréable, la politique me privait d’inspiration. C’est la pire des choses qui peut arriver à un musicien », se souvient-il de cette courte période de l’année 2007 où il était devenu député de Notre Ukraine, le parti de l’ancien président.

Cette fois-ci, son engagement révolutionnaire a coûté cher au groupe. Plusieurs concerts d’Okean Elzy prévus en Russie dans le cadre de la tournée portant le titre du nouvel album La Terre ont été annulés. En mars dernier, le député de Saint-Pétersbourg, Vladimir Milonov, a envoyé une lettre au ministère de la Culture de Russie où il accuse le groupe ukrainien d’avoir une position « russophobe ».

« Je suis prêt à payer un million de roubles à celui qui trouvera une vidéo avec mes déclarations antirusses », écrit alors Svyatoslav sur son compte twitter. Depuis, il a fait une tournée en Europe y compris Biélorussie, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie, Espagne, France, et, à ses milliers de fans russes qui ne peuvent que visionner ses concerts sur internet, il promet « de revenir tôt ou tard ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.