Accéder au contenu principal
Chronique de Jean-Baptiste Placca

Jours d’émeutes à Mohéli

1 mn

Les accords qui ont permis de ramener un semblant de calme dans l’Archipel, en 2001, prévoyaient une rotation à la magistrature suprême. La Grande Comores a eu son tour, et Anjouan le sien. Mohéli ne se résigne pas à l’idée de devoir renoncer, même temporairement, à son tour de donner un président à cette République islamique.

Publicité

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.