Accéder au contenu principal

Mondial: l'Afrique du Sud prête et fière assure son président

4 mn
Publicité

L'Afrique du Sud est "plus que prête" à accueillir le Mondial-2010 de football, a assuré dimanche son président Jacob Zuma, en se félicitant d'assister à une "explosion de fierté nationale" sans précédent depuis la libération de Nelson Mandela.

"Les longues heures d'un dur travail ont fini par payer (...): l'Afrique du Sud est plus que prête. Pour nous, la Coupe du monde a déjà commencé", a-t-il dit lors d'un point-presse à Pretoria à cinq jours du coup d'envoi de cette première Coupe du monde africaine (11 juin - 11 juillet).

Sepp Blatter, le président de la Fédération internationale de football (Fifa), a vivement félicité l'Afrique du Sud pour son travail de préparation: "naturellement, tout n'est pas parfait, mais la perfection n'existe pas", a-t-il cependant nuancé, sans donner de précisions.

Pour M. Zuma, "l'enthousiasme, la joie et l'excitation qui se sont emparés de toute la Nation au cours des dernières semaines n'avaient pas atteint un tel niveau depuis la libération de Nelson Mandela" en 1990.

Des drapeaux sud-africains flottent dans tout le pays, où les maillots jaune et vert de la sélection nationale font fureur. Bien que le football soit traditionnellement un sport de Noirs, les billets pour les matches se sont arrachés dans l'ensemble de la population.

Et l'enthousiasme monte avec la série de 12 matches sans défaite des Bafana Bafana, qui ont même battu le Danemark (1-0) samedi bien que les Nordiques soient beaucoup mieux classés par la Fifa. Ils "sont prêts et dans une forme combattive", en a conclu Jacob Zuma.

Pour lui, "cette explosion de fierté nationale est un bénéfice sans prix" pour le pays, où les relations raciales restent compliquées seize ans après la chute du régime d'apartheid.

"C'est de bon augure pour la construction" d'une Nation Arc-en-ciel, telle que souhaitée par l'ancien prisonnier politique le plus célèbre de la planète, à qui Jacob Zuma a rendu un hommage appuyé.

"Laissez-moi remercier notre président fondateur et icône Nelson Mandela pour sa direction visionnaire et sa stature d'homme d'Etat", a-t-il dit. "Il a travaillé dur et s'est impliqué en personne pour nous apporter ce moment de gloire."

Le président sud-africain a espéré que le Nobel de la Paix, qui aura 92 ans le 18 juillet, puisse être présent en personne à la cérémonie d'ouverture vendredi au stade de Soccer City, à Soweto

"S'il ne peut pas venir, nous comprendrons. Et s'il est là, ce sera un bonus pour la compétition."

Même s'il ne fait pas le déplacement, "son esprit sera présent" lors du match Afrique du Sud-Mexique, a de son côté estimé Sepp Blatter.

Le patron de la Fifa a également loué les efforts accomplis par l'Afrique du Sud, qui a dépense près de quatre milliards d'euros pour organiser la grand-messe sportive.

"Tout le travail de préparation de ce Mondial a été fait dans ce pays", a-t-il dit en référence à la construction de cinq stades, à la rénovation de cinq autres, à la modernisation des infrastructures de transport et de communication...

Bien que l'Afrique du Sud ait recruté 44.000 policiers supplémentaires pour le Mondial, les étrangers restent inquiets pour leur sécurité dans un pays qui enregistre 50 homicides par jour.

Ces peurs et la crise mondiale ont découragé une partie des fans de football étrangers qui ne seront donc que 300.000 à faire le voyage contre 450.000 selon les prévisions initiales.

Malgré tout, "l'Afrique peut être fière", a estimé Sepp Blatter. "Ce continent qui a été tenu à l'écart, qui est toujours tenu à l'écart, ne peut désormais plus être tenu à l'écart."

Et de marteler: "des compliments doivent être adressés à l'Afrique du Sud et au continent en entier."

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.