Accéder au contenu principal
Israël / Territoires Palestiniens

Les passagers du bateau irlandais Rachel-Corrie expulsés d'Israël

Des milliers d'activistes de la paix, juifs de gauche et arabes, protestent contre l'occupation de territoires palestiniens, dans le port israélien de Tel-Aviv, le 5 juin 2010.
Des milliers d'activistes de la paix, juifs de gauche et arabes, protestent contre l'occupation de territoires palestiniens, dans le port israélien de Tel-Aviv, le 5 juin 2010. Photo : Jonathan Nackstrand
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Sept personnes sur les 19 passagers et membres d'équipage du Rachel-Corrie ont été expulsées d'israël ce dimanche 6 juin 2010. Un Cubain et six Malaisiens sont arrivés en Jordanie après avoir traversé le point de passage frontalier du pont d'Allenby menant au territoire jordanien. Leur bateau, qui faisait route vers Gaza avec un millier de tonnes d'aide humanitaire, a été arraisonné sans incident par la marine israélienne dans la matinée du 5 juin 2010.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Selon le ministère israélien des Affaires étrangères, tous les militants devraient être rapatriés dans leur pays d’origine aussitôt que possible. Une expulsion retardée jusqu'à ce qu’ils acceptent de signer des documents de renonciation à un recours à la justice israélienne contre cette mesure d’expulsion. Les passagers du bateau ont été entendus au préalable par les services de l’immigration israélienne.

Les réactions en Israël

Le Hamas sort renforcé de cette crise et Israël est diplomatiquement de plus en plus isolé...

David Schemla

Au soir du 5 juin, à l’appel d’organisations de gauche, des milliers d’Israéliens, juifs et arabes ont manifesté contre la poursuite de l’occupation des Territoires palestiniens. Plus de 5 000 manifestants ont donc défilé dans le centre de Tel-Aviv, dénonçant un gouvernement « qui coule Israël au lieu de naviguer vers la paix ».

Les Israéliens affichent leur satisfaction après ce qu’ils considèrent comme le succès de l’interception du Rachel-Corrie. « Voilà toute la différence entre des militants pacifistes et des terroristes qui étaient à bord du Marmara », affirment les dirigeants du pays et à leur tête, Benyamin Netanyahu.

Ce dimanche 6 juin, le cabinet restreint israélien doit se réunir pour prendre une position sur la création d’une commission d’enquête. D’ores et déjà, les Israéliens ont décidé qu’il n’y avait pas lieu de présenter des excuses à la Turquie. Un compromis se dessine pour alléger le blocus de Gaza. Ainsi une force internationale maritime chargée d’inspecter les cargos à destination et au départ du port de Gaza pourrait être mise en place.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.