Accéder au contenu principal
ONU / Iran

Nucléaire iranien : l’ONU sanctionne l’Iran pour la quatrième fois

Le Conseil de sécurité de l'ONU
Le Conseil de sécurité de l'ONU UN Photo / Devra Berkowitz
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Pour la quatrième fois en quatre ans, le Conseil de sécurité des Nations unies sanctionne l'Iran toujours pour le même motif : les activités nucléaires suspectes de la République islamique. Le projet de résolution américaine, négocié avec la France et le Royaume-Uni, et soutenu par la Russie et la Chine, a été adopté par le Conseil de sécurité mercredi 9 juin 2010 à New York.

Publicité

Le Conseil de sécurité de l'ONU a infligé des sanctions à l'Iran, pour la 4e fois depuis 2006, pour tenter de le convaincre de suspendre ses activités nucléaires sensibles et rassurer la communauté internationale sur la nature pacifique de son programme.

Le Conseil a adopté dans ce but la résolution 1929, rédigée par les Etats-Unis et co-parrainée par l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, par 12 voix contre 2 et une abstention. Le Brésil et la Turquie ont voté contre, le Liban s'est abstenu.

Le texte reprend et élargit le champ des sanctions déjà adoptées à trois reprises par le Conseil en décembre 2006, mars 2007 et mars 2008. Il prévoit notamment que l'Iran ne pourra investir à l'étranger dans certaines activités sensibles comme les mines d'uranium et que ses navires pourront être inspectés en haute mer. Ces inspections n'étaient jusqu'ici autorisées qu'à quai.

Le projet interdit aussi la vente à l'Iran de huit nouveaux types d'armements lourds, notamment des chars. Il s'accompagne de trois annexes contenant des listes de particuliers, d'entités et de banques de nationalité iranienne qui s'ajouteront à ceux qui sont déjà frappés de sanctions individuelles - gel des avoirs financiers et interdiction de voyager à l'étranger.

Les annexes ne contiennent qu'un nom de particulier, Javad Rahiqi, chef du Centre de technologie nucléaire d'Ispahan de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (AEOI), mais 40 noms d'entités et banques.

avec AFP
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.