Accéder au contenu principal
Liban

Le roi d'Arabie et le président syrien se rendent au Liban

le président syrien Bachar al-Assad entre  l'émir du Koweït cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah (G) et le roi Abdallah d'Arabie Saoudite (D) le 11 mars 2009.
le président syrien Bachar al-Assad entre l'émir du Koweït cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah (G) et le roi Abdallah d'Arabie Saoudite (D) le 11 mars 2009. Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le roi Abdallah d'Arabie Saoudite se rend à partir de ce jeudi 29 juillet 2010 en Syrie et au Liban pour une visite de deux jours. Un voyage, qui doit aussi l'emmener en Egypte et en Jordanie, prévu dans le cadre des efforts visant à calmer les tensions après les révélations sur une possible mise en cause du Hezbollah dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri.

Publicité

Beaucoup de monde à Beyrouth ces prochains jours. Le roi d'Arabie Saoudite visitera également l'Egypte et la Jordanie avant de rencontrer ce jeudi 29 juillet le président syrien Bachar al-Assad,et de se rendre le lendemain au Liban. L'émir du Qatar, cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani, lui aussi, est attendu à Beyrouth ce vendredi. Enfin, le président syrien, accompagné du roi d'Arabie Saoudite se rendra lui aussi, dans la capitale libanaise.

Un véritable évènement, à double titre. D'abord cela consacrerait un véritable rapprochement entre Damas et Riyad mais surtout, il s'agira de la première visite de Bachar al-Assad au Liban depuis l'assassinat en 2005 de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, dans lequel la Syrie a été pointée du doigt.

Toutes ces visites n'ont qu'un seul but : éviter que la situation ne dégénère en combats inter libanais. Le chef du mouvement chiite Hezbollah Hassan Nasrallah avait prédit que le tribunal de l'ONU accuserait prochainement des membres de son parti d'être impliqués dans le meurtre de Rafic Hariri, assassiné en 2005.

En mai 2008 des affrontements entre les partisans de l'actuel Premier ministre le sunnite Saad Hariri (fils de Rafic Hariri) et ceux du Hezbollah avait fait une centaine de morts.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.