Israël/Jordanie/Egypte

Le Hamas dément être impliqué dans les tirs de roquette depuis le Sinaï

La police suit une piste selon laquelle deux pick-up équipés de lanceurs auraient été utilisés dans les attaques de lundi.
La police suit une piste selon laquelle deux pick-up équipés de lanceurs auraient été utilisés dans les attaques de lundi. REUTERS/Abraham Farajian

La police égyptienne continue de traquer les responsables de tirs de roquettes dans le Sinaï qui ont touché lundi Aqaba en Jordanie et la ville d’Eilat en Israël. L’Egypte met en cause des « groupes palestiniens de Gaza » et la police suit une piste selon laquelle deux pick-up équipés de lanceurs auraient été utilisés dans les attaques de lundi. Le Hamas dément être impliqué dans ces attaques.

Publicité

Avec notre correspondant à Ramallah, Karim Lebhour

Les tirs de roquette depuis le Sinaï égyptien plongent le Hamas dans l’embarras. La branche militaire du mouvement affirme qu’elle n’y est pour rien. Les brigades al-Qassam rappellent que le Hamas a pour politique de ne jamais mener d’actions armées hors des frontières d’Israël et de la Palestine.

L’affaire est d’importance car si le Hamas est lié à ces attaques, la Jordanie et surtout l’Egypte risquent de le lui faire payer chèrement.

Côté israélien, la culpabilité du Hamas ne fait pas de doute. Le journal Haaretz affirme que c’est bien un chef militaire du Hamas qui a mené les attaques contre l’avis du commandement de Gaza mais avec le feu vert du chef du Hamas en exil, Khaled Mechaal.

Jusqu’ici le Hamas a pourtant toujours évité de franchir la ligne rouge que représente le Sinaï égyptien, à moins, dit le journal « qu’il n’ait été poussé par l’Iran jouant de son pouvoir de nuisance contre son rival égyptien ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail