Liban

Au Liban, les réfugiés palestiniens obtiennent plus de droits pour travailler

Les réfugiés palestiniens au Liban peuvent maintenant exercer toutes les professions.
Les réfugiés palestiniens au Liban peuvent maintenant exercer toutes les professions. AFP/JOSEPH EID

Au Liban, le Parlement a voté ce mardi 17 août 2010, une loi permettant enfin aux réfugiés palestiniens d'exercer tous les métiers. Présents dans le pays depuis la création d'Israël, en 1948, les Palestiniens du Liban ne pouvaient jusqu'à présent travailler que dans le bâtiment ou dans l'agriculture. Aujourd'hui, seuls la profession de militaire, d'avocat et de médecin leurs restent interdites.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Depuis leur installation ici au Liban en 1948, les réfugiés palestiniens étaient privés des droits civils les plus élémentaires. Seuls les secteurs de l’agriculture et du bâtiment leur étaient ouverts pour travailler.

Le droit à l’emploi, le droit à la propriété, et évidemment le droit de vote, leur ont été interdits. Une liste de soixante-dix métiers non autorisés a même été dressée.

Toutes ces restrictions étaient motivées par une seule crainte : l’implantation définitive des réfugiés palestiniens, ce qui bouleverserait la démographie et ferait pencher la balance en faveur des musulmans.

Soixante-deux ans après, les choses ont enfin bougé. Désormais, les réfugiés palestiniens pourront exercer tous les métiers ouverts aux étrangers. Ils pourront aussi bénéficier d’une couverture sociale assurée par un fonds spécial qui doit encore être créé. Les métiers de militaires, de médecins et d’avocats, restent réserver aux seuls Libanais. Le droit à la propriété aussi reste interdit.

La loi adoptée par le Parlement est une sorte de compromis entre le refus absolu des partis chrétiens d’octroyer les droits civils aux réfugiés et l’insistance des partis musulmans à leur accorder de larges avantages.

En Syrie et en Jordanie, les réfugiés palestiniens peuvent exercer tous les métiers, y compris ceux de militaires et de fonctionnaires de l’Etat. Seul le droit de vote leur échappe encore.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail