Accéder au contenu principal
Iran / Liban

En visite au Sud-Liban, Ahmadinejad réaffirme que la disparition d'Israël est inéluctable

Les sympathisants du Hezbollah célèbrent la venue du président iranien Mahmoud Ahmadinejad à Bint Jbeil, le 14 octobre 2010.
Les sympathisants du Hezbollah célèbrent la venue du président iranien Mahmoud Ahmadinejad à Bint Jbeil, le 14 octobre 2010. REUTERS/Ali Hashisho
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Pour son deuxième jour de visite au Liban, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad ne s’est pas contenté de rester à Beyrouth, la capitale. Ce jeudi 14 octobre 2010, dans l’après-midi, il s’est rendu à Bint Jbeil, une localité du Sud-Liban, un fief du Hezbollah libanais lourdement bombardé il y a quatre ans par l’armée israélienne. La ville n’est qu’à quatre kilomètres d’Israël, et venant d’un chef d’Etat qui, à plusieurs reprises, a souhaité la fin de l’Etat hébreu, cette visite est perçue comme une provocation.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifé

La mobilisation était réussie pour les chiites qui ont réservé un accueil triomphal à Mahmoud Ahmadinejad, dans le fief du Hezbollah au sud du Liban.

La foule, massée dans un stade, brandissait des portraits du président iranien et des banderoles remerciant l’Iran pour son soutien à la résistance contre Israël et à la reconstruction des régions dévastées par la guerre de 2006.

Mahmoud Ahmadinejad a choisi Bint Jbeil, ville symbole de la résistance à la progression israélienne il y a quatre ans, pour réaffirmer que la disparition de l’Etat hébreu était inéluctable. Il n’a pas parlé de l’Holocauste ni de la Shoah.

« Les Israéliens n’ont d’autre choix que d’accepter les nouvelles réalités et retourner d’où ils sont venus », a-t-il dit, arrachant à la foule un tonnerre d’applaudissements.

A quatre kilomètres de la frontière avec Israël, le président iranien s’est attardé sur son thème favori : l’Etat hébreux est une entité étrangère, implantée au cœur du monde arabo-musulman. Sa défaite n’est plus qu’une question de temps.

Une foule, toute aussi nombreuse, l’attendait dans la localité de Cana, la seconde étape de sa visite au sud du Liban. Mahmoud Ahmadinejad a déposé une couronne au mémorial dédié aux victimes civiles tombées en 1996 et en 2006 dans des bombardements israéliens.

Dans la journée, Mahmoud Ahmadinejad avait reçu des représentants des différentes communautés religieuses musulmanes et chrétiennes. Puis, c’était au tour des chefs politiques libanais, alliés du Hezbollah de défiler, notamment le général chrétien Michel Aoun et le leader druze Walid Joumblatt.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.