Accéder au contenu principal
Israël / IRAN / LIBAN

Israël : la visite d'Ahmadinejad au Liban suscite inquiétude et curiosité

La foule salue l'arrivée de Mahmoud Ahmadinejad au meeting organisé par le Hezbollah à Bint Jbeil le 14 octobre 2010.
La foule salue l'arrivée de Mahmoud Ahmadinejad au meeting organisé par le Hezbollah à Bint Jbeil le 14 octobre 2010. REUTERS/Jamal Saidi
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le président iranien a clos hier jeudi 14 octobre 2010 une visite officielle de deux jours au Liban qui l'a mené dans le sud du pays, à quelques kilomètres d'Israël, dont il a prédit encore une fois « la disparition ». Des Israéliens munis de jumelles se sont massés le long de la frontière pour tenter d'observer le président iranien. D'autres, notamment des druzes israéliens, ont procédé à un lâcher de ballons en signe de prostestation.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Pour Benyamin Netanyahu,  le Liban est malheureusement en train de devenir une succursale du régime des ayatollahs iraniens. Le Premier ministre israélien estime que la meilleure réponse à Ahmadinejad c'est l'existence même de l'Etat d'Israël et ce qui a été fait dans ce pays depuis sa naissance il y a 62 ans.

L'inquiétude prime dans l'entourage du ministre israélien de la Défense Ehud Barak, où l'on estime que le Liban est à nouveau de facto sous domination étrangère. Un député israélien d'extrême droite, Arié Eldad, a regretté qu'Israël n'ait pas profité de l'occasion pour se débarrasser du président iranien. Mais le vice-Premier ministre Sylvan Shalom a assuré qu'Israël « n'assassinait pas les chefs d'Etat qui veulent nuire à Israël ». Uzi Dayan, un commentateur et général de réserve estime ce vendredi 15 octobre 2010 qu'un pas de plus a été franchi vers la prochaine guerre du Liban.

L'effet boomerang de la visite d'Ahmadinejad

Les titres de la presse parlent pour eux-mêmes : « A deux doigts de l'Iran », titre Yediot Aharonot. Pour Maariv c'est « du poison dans l'arrière boutique ». Haaretz parle de l'effet boomerang que pourrait avoir la visite du président iranien au Liban même et pourrait jouer en fin de compte contre les intérêts du Hezbollah

Quant au quotidien nationaliste Mekor Rishon,  il affirme dans un éditorial que « nombreux sont les Israéliens qui espéraient que quelque chose de mauvais arriverait au président iranien lors de sa visite au Sud-Liban, ils ont été déçus. « On le compare à Hitler mais dans la réalité rien n'est fait pour le stopper », conclut le journaliste.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.