Accéder au contenu principal
Iran/Allemagne

Les deux Allemands incarcérés en Iran ont rencontré leurs familles

DR
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Détenus dans une prison à Tabriz, les 2 Allemands ont finalement pu rencontrer leurs familles. Les autorités iraniennes leur reprochent d'avoir interviewé des proches de Sakineh Mohammadi-Ashtiani et d'être entrés en Iran non en tant que journaliste, mais en tant que touriste. Sakineh Ashtiani est condamnée par la justice iranienne à la lapidation. Un cas qui a soulevé la réprobation et la mobilisation internationale.

Publicité

Avec notre correspondant à Téhéran,Siavosh Ghazi

Les familles des deux journalistes allemands ont finalement accepté de se rendre à Tabriz, dans le nord-ouest de l’Iran, pour les rencontrer, après avoir refusé de le faire dans un premier temps. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a confirmé cette rencontre qui a eu lieu au soir du lundi 27 décembre.Le procureur général de la ville avait affirmé auparavant, que la justice avait donné son accord pour cette rencontre pour des raisons humanitaires, et à la veille du Nouvel an chrétien.

Le nouveau chef de la diplomatie iranienne, Ali Akbar Salehi, qui a reçu également les familles des deux Allemands à Téhéran lundi, est intervenu personnellement pour faciliter cette rencontre.

Les deux journalistes allemands ont été arrêtés en octobre dernier à Tabriz, alors qu’ils étaient en train d’interviewer le fils et l’avocat de Sakineh Mohammadi Ashtiani. Cette iranienne de 53 ans, condamnée à mort par lapidation, pour adultère et le meurtre de son mari. Une peine qui a été suspendue par la justice iranienne.

Les autorités iraniennes reprochent aux deux journalistes allemands d’être entrés en Iran en tant que touristes et non en tant que journalistes. Les journalistes étrangers doivent en effet avoir une permission spéciale pour pouvoir travailler en Iran.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.