Accéder au contenu principal
Israël, Justice

L'ancien président israélien, Moshe Katsav, reconnu coupable de viol

L'ancien président d'Israël, Moshe Katsav, à son arrivée au tribunal de Tel-Aviv, le 30 décembre 2010.
L'ancien président d'Israël, Moshe Katsav, à son arrivée au tribunal de Tel-Aviv, le 30 décembre 2010. REUTERS/Baz Ratner
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'ex-président israélien Moshe Katsav a été reconnu coupable de viols et d'autres délits, ce jeudi 30 décembre 2010 par un tribunal de Tel-Aviv. C’est une condamnation sans précédent pour un ancien chef de l'Etat hébreu. Moshe Katsav a été président d'Israël de 2000 à 2007. Les accusations de viol, d'agression physique et de harcèlement sont portées par trois anciennes assistantes. L’ancien président nie les faits qui lui sont reprochés, mais selon les jurés, son témoignage était truffé de mensonges.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Coupable de viol à deux reprises, coupable aussi de harcèlement sexuel et d’obstruction à la procédure judiciaire, le tribunal de Tel-Aviv n’a donc pas accepté la version de l’ancien président israélien, et pris fait et cause pour les témoignages de plusieurs anciennes collaboratrices de Katsav à la présidence, et aussi plus tôt dans sa carrière, lorsqu’il était ministre du Tourisme et des Transports.

L’affaire avait éclaté en juillet 2006, lorsqu’il avait accusé une ex-collaboratrice de vouloir le faire chanter. L’enquête a fini par démontrer que cette dernière, sa secrétaire dans les années 90, l’accusait de viol. D’autres femmes ont ensuite porté plainte pour des faits similaires.

Dans un premier temps, Katsav avait accepté un accord, au terme duquel il n’aurait été poursuivi que pour des faits mineurs, mais il avait finalement rejeté, préférant aller jusqu’au bout.

Ce matin, on a bien vu face au tribunal de district de Tel-Aviv, une manifestation d’organisation féministe. « Le jour du jugement », titrent plusieurs quotidiens. Mais Moshe Katsav accuse la presse de l’avoir jugé en public et d’avoir ainsi influencé les magistrats.

En principe, l’ancien président israélien pourrait être condamné à seize ans de prison. La décision du tribunal sera connue dans quelques semaines.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.