Accéder au contenu principal
Iran/Pays-Bas

L'Iran exécute l'Irano-Néerlandaise Zahra Bahrami condamnée pour trafic de drogue

Texte par : RFI Suivre
2 mn

Elle s'appelait Zahra Bahrami, elle avait 46 ans, possédait la double nationalité iranienne et néerlandaise. Elle a été pendue ce samedi matin 29 janvier en Iran, elle était accusée de posséder de la drogue. L'Iran est resté sourd aux protestations des Pays-Bas qui ont aussitôt convoqué l'ambassadeur iranien à La Haye.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles,

Dès la publication du communiqué du procureur de Téhéran, le ministre néerlandais des Affaires étrangères a fait convoquer l’ambassadeur iranien à La Haye. Il a rencontré Uri Rosenthal à 13 heures 45 (heures locales), le ministère néerlandais ayant fait savoir qu’aucune confirmation officielle de l’exécution de Sara Bahrami n’était encore arrivée.

La branche néerlandaise de l’ONG Amnesty International se dit profondément choquée par l'annonce de cette pendaison, même si une certaine dose d’incrédulité, et donc d’espoir, est encore présente. Selon l’ONG, en effet, Zahra Bahrami a été condamnée à la pendaison pour trafic de drogue, mais un procès plus politique était encore en cours et le régime iranien affirmait vouloir le mener à bien.

Les Pays-Bas s’étaient beaucoup mobilisés en faveur de cette Iranienne, naturalisée Néerlandaise. Lors d’une visite à sa famille restée en Iran, elle avait été arrêtée en 2009 pour avoir participé à une manifestation après la réélection de Mahmoud Ahmadinejad.

Selon un procédé typique, elle a par la suite été accusée d’avoir importé 450 grammes de cocaïnes et condamnée pour cette raison. L’ambassade des Pays-Bas n’a jamais eu la possibilité d’apporter quelque assistance consulaire que se soit à Zahra Bahrami car l’Iran ne reconnaît pas la double nationalité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.