Egypte

Egypte : Moubarak démissionne et remet le pouvoir à l’armée

REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Le président égyptien Hosni Moubarak a quitté ses fonctions et remis le pouvoir à l'armée, a annoncé vendredi 11 février le vice-président Omar Souleimane. Aussitôt, les centaines de milliers de manifestants réunis place Tahrir au Caire ont explosé de joie. Le président américain Barack Obama s'exprimera ce vendredi soir sur la situation égyptienne, a annoncé la Maison Blanche.

Publicité

Au terme de plus de deux semaines de manifestations massives contre le régime et sous la pression de nombreuses capitales étrangères, le président égyptien Hosni Moubarak a donc quitté ses fonctions et remis le pouvoir à l'armée. Cette annonce a été faite vendredi soir par le vice-président Omar Souleimane à la télévision d'Etat.

Compte tenu des conditions que traverse le pays, Mohammed Hosni Moubarak a décidé d'abandonner le poste de président de la République.

Omar Souleimane

« Compte tenu des conditions difficiles que traverse le pays, le président Mohammed Hosni Moubarak a décidé d'abandonner le poste de président de la République et chargé le conseil suprême des forces armées de gérer les affaires du pays », a déclaré M. Souleimane dans une brève allocution.

Des scènes de liesse se sont aussitôt déroulées place Tahrir, dans le centre du Caire, où des centaines de milliers de manifestants ont salué aux cris de « Dieu est grand ! » l'annonce de la démission du président Hosni Moubarak. « Le peuple a renversé le régime ! », scandaient les manifestants en délire, au 18e jour de leur mouvement. Les manifestants hurlaient de joie et agitaient des drapeaux égyptiens. Certaines personnes se sont évanouies sous le coup de l'émotion.

Dans le reste du pays également, les Egyptiens sont descendus massivement dans les rues pour saluer le départ du président, qui avait accédé au pouvoir en octobre 1981 à la suite de l'assassinat d'Anouar el-Sadate. Les Frères musulmans égyptiens n'ont pas tardé à s'exprimer, saluant l'armée qui a tenu ses « promesses ».

Plus tôt dans la journée, Hosni Moubarak, qui avait délégué ses prérogatives à son vice-président sous la pression de la rue, avait quitté Le Caire pour Charm el-Cheikh, dans le Sinaï. Pendant ce temps, plus d'un million de personnes manifestaient contre lui à travers le pays.

La nouvelle s'est rapidement répandue hors des frontières égyptiennes

Le président des Etats-Unis Barack Obama s'exprimera sur la situation égyptienne, a annoncé la Maison Blanche. Le vice-président américain, Joe Biden, a d'ores et déjà salué « un jour historique ».

Une explosion de joie a retenti à Tunis quelques minutes après l'annonce de la démission du président égyptien. En Jordanie, les puissants Frères musulmans ont estimé que le départ du président égyptien « doit être une leçon pour beaucoup de régimes arabes ».

A Gaza, le Hamas a salué la démission d'Hosni Moubarak comme « le début de la victoire de la révolution », tandis que des scènes de liesse se déroulaient à travers la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste palestinien. « Nous appelons la direction égyptienne à décider immédiatement la levée du siège de Gaza et l'ouverture du terminal égyptien » à Rafah, à la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte, a déclaré un porte-parole du Hamas.

A Beyrouth, le Hezbollah libanais félicite le peuple égyptien pour « sa victoire historique ».

Pour l'Iran, les Egyptiens ont obtenu « une grande victoire ». A Ankara, la capitale turque, le ministre des Affaires étrangères a déclaré souhaiter « un nouveau système » pour répondre aux demandes du peuple égyptien.

Israël espère que la période de transition qui s'ouvre en Egypte après l'annonce vendredi de la démission du président égyptien se fera « sans secousse », a affirmé à l'AFP un responsable gouvernemental israélien. « On peut espérer pour l'Egypte, ainsi que pour ses voisins, que la transition vers la démocratie se fasse sans secousse », a souligné ce responsable qui a requis l'anonymat. Ce dernier a également réaffirmé la nécessité de préserver le traité de paix conclu entre Israël et l'Egypte en 1979.

« C'est un changement historique », a déclaré de son côté la chancelière allemande Angela Merkel. La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a salué quant à elle la démission du président égyptien Hosni Moubarak qui « a écouté la voix du peuple égyptien » et ouvre ainsi la voie à des « réformes plus rapides et plus profondes ».

La Bourse de New York repartait à la hausse vendredi, effaçant ses pertes enregistrées à l'ouverture, après l'annonce de la démission du président égyptien Hosni Moubarak: vers 16H08 TU, le Dow Jones gagnait 0,29% et le Nasdaq 0,28%.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail