Accéder au contenu principal
Israël / Syrie

Syrie : Israël craint de nouvelles tensions à la frontière entre les deux pays

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu visitant une unité de lancement du Dome de fer à Ashkelon le 10 avril 2011.
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu visitant une unité de lancement du Dome de fer à Ashkelon le 10 avril 2011. REUTERS/Amir Cohen
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait donné pour consigne aux membres de son gouvernement de s'abstenir de tout commentaire sur les événements en Syrie. Les deux pays sont toujours officiellement en état de guerre. Damas exige un retrait intégral du plateau du Golan, occupé depuis 1967. Les dernières négociations de paix entre les deux pays, sous médiation de la Turquie, ont été suspendues fin 2008 à la suite de l'offensive israélienne sanglante à Gaza.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Le chef du gouvernement israélien a donné des directives à ses ministres : surtout ne pas s’exprimer publiquement sur les événements en Syrie et cela montre bien l’embarras dans lequel est plongé Israël à propos de ce qui se passe de l’autre côté de sa frontière.

C’est par une formule à l’emporte-pièce que Benjamin Netanyahu lui-même au cours d’une interview a résumé la position de son pays. « Il pourrait s’avérer, proclame-t-il, que le printemps arabe tourne en un hiver iranien. »

Par ailleurs, une ouverture du président israélien Shimon Peres qui a dit qu’il était prêt à un changement sur le plateau du Golan.

Alors les Israéliens se demandent pourquoi les organisations des droits de l’homme continuent à se focaliser sur le conflit israélo-palestinien au moment où des massacres sont perpétrés en Syrie et en Libye.

En Israël, c’est la peur de l’inconnu. Le régime Assad, le père comme le fils, a donné au fil des ans une certaine stabilité, faisant notamment de la frontière entre les deux pays, la plus sûre, bien plus que les frontières avec le Liban, l’Egypte et même la Jordanie.

Et l’on craint bien sûr l’arrivée à Damas d’un régime islamiste qui remettrait en question le fragile équilibre entre les deux pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.