Syrie

En Syrie, les manifestants ne se laissent pas intimider

Les opposants au régime syrien manifestent dans la ville de Homs, le 23 avril 2011.
Les opposants au régime syrien manifestent dans la ville de Homs, le 23 avril 2011. REUTERS/Handout

L'opposition avait appelé à un « vendredi du défi » ce 6 mai 2011, malgré les menaces du régime de Bachar el-Assad Le président syrien dont les manifestants continuent inlassablement de demander le départ immédiat. Aujourd'hui, les manifestations ont bel et bien commencé.

Publicité

Dans plusieurs villes du pays :  Homs,  Kamichli, Amouda, Al-Dirbasiyé, les manifestations ont commencé à la mi-journée, juste après la prière du vendredi. Des manifestations qui rassemblent chacune plusieurs milliers de personnes, ce sont les estimations des militants eux-mêmes, qui ont donc décidé sortir dans la rue, malgré les risques.

Ce matin, les opposants au régime Bachar el-Assad avaient réitéré leur appel en ces termes : « Aujourd'hui, c'est le vendredi du défi. Nous ne bougerons pas. Nous nous sacrifierons pour la liberté, la dignité, et la fierté ».

De sacrifice, il pourrait malheureusement en être question. Toujours selon les militants, des chars seraient entrés dans la ville de Homs, située à 160 kilomètres au nord de Damas. Ces chars se seraient positionnés dans le centre-ville et en périphérie.

Les forces de sécurité somment les commerçants de rester chez eux. Circulant dans la ville à bord de camionnettes, équipées de haut-parleurs, elles menacent même les habitants et leur intiment l'ordre de rentrer chez eux « s'ils ne veulent pas être arrêtés et punis ».

Depuis la semaine dernière, le régime de Bachar el-Assad a lancé une vaste campagne de répression, violente, pour tenter de contrer l'insurrection. Hier, 300 militants ont été arrêtés, et les organisations de défense des droits de l'homme parlent d'un total de 8 000 personnes « détenues ou disparues ».
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail