Yémen

Regain de tension au Yémen

Les manifestants de Taëz continuent de réclamer ce 11 mai le départ du président Ali Abdallah Saleh.
Les manifestants de Taëz continuent de réclamer ce 11 mai le départ du président Ali Abdallah Saleh. REUTERS/Khaled Abdullah

Un manifestant a été tué par balles et cinq autres ont été blessés ce mercredi 11 mai 2011 à Taëz, au sud de Sanaa. Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles afin de déloger des manifestants qui observaient un sit-in depuis dimanche dernier. Des milliers d'habitants sont ensuite descendus dans les rues, marchant sur plusieurs bâtiments officiels dans la ville. Ils ont notamment pris d'assaut le siège de la Compagnie yéménite du pétrole.

Publicité

Les autorités yéménites comptaient dissuader les manifestants. Elles n'ont fait que renforcer leur colère. Depuis ce mercredi matin, des milliers de protestataires sont dans la rue pour dénoncer la répression violente du régime d'Ali Abdallah Saleh.

Des témoins cités par l'AFP affirment même que le siège de la Compagnie yéménite du pétrole a été pris d'assaut, ses portes condamnées avec des cadenas, une pancarte à l'entrée du bâtiment proclamant « fermé par décision du peuple ».

Un président qui s'accroche au pouvoir

Ce regain de tension survient après la mort, ce matin, d'un manifestant. Cinq autres ont été blessés par les forces de sécurité. Depuis dimanche, six personnes ont été abattues à Taëz, deuxième ville du pays et nouveau foyer de la contestation.

Pour aller plus loin

Au total, 159 citoyens yéménites sont morts depuis le début du mouvement de contestation, fin janvier. Le président Ali Abdallah Saleh, lui, refuse toujours de quitter le pouvoir, qu’il occupe depuis plus de 32 ans.

Un plan de sortie de crise a été proposé le mois dernier par les pays du Golfe. Il prévoit le départ du président en échange de son immunité. Ce plan a été accepté par le parti présidentiel et par l'opposition parlementaire, mais pas par le chef de l'Etat.

Au soir du 10 mai, les dirigeants du Conseil de coopération du Golfe ont à nouveau exhorté Ali Abdallah Saleh à signer ce plan.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail