Syrie / Politique

En Syrie, l'opposition lance un nouvel appel à la grève générale pour ce mercredi

Des réfugiés syriens à la frontière libanaise, 17 mai 2011.
Des réfugiés syriens à la frontière libanaise, 17 mai 2011. Reuters/Mohamed Azakir

Alors que le mouvement de protestation vient tout juste d'entrer dans son troisième mois, l'opposition appelle à une nouvelle journée de mobilisation pour ce mercredi 18 mai 2011 : pas d'école, pas de commerce, pas de taxis, etc. Initiée le 15 mars dernier, l'insurrection mobilise des milliers de manifestants dans beaucoup de villes syriennes, mais pas dans la capitale, Damas, ni dans la deuxième ville du pays, Alep.

Publicité

Deraa est le bastion de la contestation syrienne. Lattaquié, Banias, Hama... de nombreuses villes répondent présent aux appels à la grève générale et aux manifestations lancés par l'opposition.

Salim Monaim est un opposant syrien, membre du Conseil national de la déclaration de Damas, qui réclame un changement démocratique en Syrie. Actuellement à Paris, il explique comment, avant même le début de la révolution syrienne, le régime du président Bachar el-Assad avait pris toutes ses précautions pour museler Damas et Alep : « Le régime a déployé beaucoup de policiers en civil… à Damas et à Alep pour que les gens ne puissent pas sortir. Par exemple, à Alep, il y a 30 000 policiers en civil. Peut-être qu’à Damas il y en a beaucoup plus, peut-être le double».

A Mouadamiya, à Qatan, la banlieue de Damas est déjà impliquée dans l'insurrection. Mais pour que la capitale elle-même se mobilise, selon Salim Monaim, il faut que les militaires et les policiers fassent défection.

Le jour où les habitants de Damas et d'Alep seront en mesure de se joindre au mouvement, assure Salim Monaim, et d'autres opposants avec lui, alors le régime syrien sera proche de la fin.

Les fosses communes de Deraa

L'Organisation nationale pour les droits de l'homme en Syrie assure qu'une deuxième fosse commune a été découverte mardi 17 mai, non loin de la première, à Deraa dans le sud. L'une contiendrait 24 corps et l'autre 7, une information démentie par le gouvernement syrien. Selon le ministère de l'intérieur, 5 corps ont été découverts au total.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail