Jordanie

Abdallah II sonne la fin de la récréation

A Amman, le 11 juin 2011, lors des célébrations du 12e anniversaire de l'accession d'Abdallah II au trône jordanien..
A Amman, le 11 juin 2011, lors des célébrations du 12e anniversaire de l'accession d'Abdallah II au trône jordanien.. REUTERS/Muhammad Hamed
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Dans un discours télévisé diffusé le 12 juin au soir, le roi jordanien s'est adressé à son peuple à l'occasion du douzième anniversaire de son accession au trône. Le message semble clair, il y aura des réformes mais limitées. Et Abdallah II dénonce le chaos que les manifestations populaires risquent de provoquer.  

Publicité

Avec notre correspondante au Moyen-Orient, Angélique Férat

Pour aller plus loin

On est ici dans un discours de mise au point. Des réformes il y en aura en Jordanie,  a souligné le roi Abdallah II. Et notamment sur le rôle du Parlement.  Par exemple, celui-ci choisira désormais les ministres. Ils ne seront plus designés par le roi. Mais les attentes de l'opposition ont été douchées. Pas question d'aller plus loin que les recommandations de la commission de dialogue national qui a rendu son travail la semaine dernière. Abdallah II a mis en garde contre les dangers de la sédition et du chaos. En clair, il est temps d'arrêter les manifestations. Les réformes doivent être acceptées par tous, a-t-il dit, il n y aura pas d'évolution sans consensus national ou pour satisfaire un courant politique.

Abdallah II peut se permettre de déclarer la fin de la partie, car la mobilisation s'étiole.  L'opposition est divisée, mais il reste un sentiment de mécontentement. Les critiques envers la reine et le roi se font ouvertement. De son côté, le souverain a dénoncé les rumeurs de corruption qui entachent l'image du pays.

Bien sûr, l'opposition n'est pas satisfaite. La sous-représentation des villes dans le système électoral est maintenue. L'électorat urbain est plus politisé et généralement d'origine palestinienne. Et on est très loin encore d'une monarchie constitutionnelle sur le mode britannique que certains réclamaient.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail