Iran / Israël

L’Iran réfute les accusations de l’AIEA et met en garde Israël et les Etats-Unis

Le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi en novembre 2011.
Le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi en novembre 2011. Reuters/Esam Al-Fetori
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’Iran rejette au préalable les accusations qui figurent sur le rapport de l’AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) concernant son programme nucléaire. La publication de ce rapport devrait intervenir le 8 ou 9 novembre prochain. Téhéran en a profité pour mettre en garde Israël et les Etats-Unis d’une attaque contre son programme nucléaire et a même envisagé, le cas échéant, des mesures de rétorsion.

Publicité

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Avant même la publication du rapport de l’AIEA, le ministre iranien des Affaires étrangères a rejeté son contenu. Ali Akbar Salehi a déclaré que les documents que pourrait présenter l’AIEA sont vieux d’au moins trois ans et que l’Iran y avait déjà répondu à l’époque. « Nous estimons que ces documents sont des faux et sans fondement », a ajouté le ministre. Il a accusé l’Agence internationale de vouloir politiser son rapport sur le programme nucléaire iranien.

Téhéran a également mis en garde Israël et les Etats-Unis contre toute action militaire contre son programme nucléaire. En effet le président israélien a averti samedi 5 novembre que l’attaque israélienne contre les sites nucléaires iraniens était de plus en plus vraisemblable. La presse israélienne a fait état ces derniers jours d’un débat au sein du gouvernement hébreu sur une attaque contre l’Iran. Selon les médias, la majorité du cabinet israélien y est toutefois hostile.

Le chef d’état-major de l’armée iranienne, le général Hassan Firouzabadi a affirmé que l’Iran punirait Israël en cas d’attaque. De son côté Ali Akbar Salehi a mis en garde les Américains contre un affrontement avec l’Iran.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail