Etats-Unis / Arabie saoudite

Les Etats-Unis vont vendre 84 chasseurs-bombardiers F-15 à l'Arabie saoudite

Siège social de la société Boeing à Chicago.
Siège social de la société Boeing à Chicago. AFP/Scott Olson/Getty Images

Il s'agit d'un contrat d'un montant de plus de 29 milliards de dollars. Ces avions de combats vont s'ajouter à ceux déjà détenus par l'armée de l'air saoudienne dont le même contrat prévoit qu'ils soient modernisés par les Etats-Unis. Un joli coup économique et surtout politique pour Washington. 

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

Période électorale oblige, la Maison Blanche se félicite d'abord des «conséquences positives» de ce contrat pour l'économie américaine. Selon l'un des porte-parole de la présidence, 50.000 emplois seront notamment «soutenus» par la commande des 84 avions bombardiers. La firme Boeing, qui fabrique le F-15 et est donc concernée par une grande partie de ces emplois, se félicite, elle aussi, de ce joli cadeau de fin d'année.

Mais au-delà de cet aspect de politique intérieure, Washington envoie également un «message fort», selon les termes du même porte-parole de la présidence américaine, le message que les Etats-Unis sont attachés à la sécurité dans le Golfe persique au moment où l'Iran menace de fermer le détroit d'Ormuz et de ne plus y laisser transiter «une seule goutte de pétrole».

Le ton est monté, ces derniers jours, entre Téhéran et Washington. Et en choisissant d'annoncer la signature du contrat ce jeudi 29 décembre 2011, les Etats-Unis rappellent à ceux qui l'auraient oublié que Ryad reste leur grand allié dans la région. Un responsable du Département d'Etat se félicitait d'ailleurs que cette transaction puisse «améliorer les capacités de dissuasion et de défense de l'Arabie saoudite, contre les menaces extérieures à sa souveraineté».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail