Accéder au contenu principal
Egypte/Etats-Unis

Egypte : Washington demande aux militaires de laisser travailler les ONG

Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta
Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta DR
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le secrétaire américain à la Défense a appelé le chef de l'armée au pouvoir en Egypte pour lui faire part de son inquiétude après la perquisition des locaux de dix-sept ONG, étrangères et égyptiennes. Les policiers avaient emporté des ordinateurs et des téléphones portables. Officiellement pour enquêter sur des financements illicites. Selon Washington, le maréchal Tantaoui a promis que ce type de fouille ne se reproduirait pas et que le matériel confisqué serait bientôt rendu. L’administration Obama a exprimé son mécontentement auprès des autorités égyptiennes, mais sans rompre les ponts.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Le secrétaire américain à la Défense, Léon Panetta, a téléphoné au maréchal Tantaoui pour lui faire part de sa profonde inquiétude après les perquisitions et pour l’encourager à poursuivre la transition démocratique. Mais en même temps, il a réaffirmé l’importance de la relation entre les deux pays en matière de sécurité et a clairement indiqué que les Etats-Unis souhaitaient continuer à maintenir leur partenariat stratégique et à coopérer avec l’Egypte.

C’est le dilemme américain: soutenir le mouvement en faveur de la démocratie sans rompre les ponts avec le régime militaire. Au Congrès, de plus en plus nombreux sont ceux qui demandent l’interruption de l’aide américaine si les militaires continuent de réprimer les contestataires.

Face au mécontentement de Washington, le régime égyptien s’est engagé à mettre fin aux perquisitions et à restituer le matériel confisqué.

Selon le département d’Etat, l’ambassadrice américaine au Caire, Anne Paterson, a reçu cette assurance lors d’un entretien avec des dirigeants égyptiens. Elle leur a, avec fermeté, expliqué que les Etats-Unis souhaitaient que toutes les ONG puissent reprendre leurs activités pour soutenir la transition vers la démocratie. Elle s’est par ailleurs dite prête à répondre de façon « ouverte et transparente » aux questions posées par les activités des ONG soutenues financièrement par les Etats-Unis.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.