Accéder au contenu principal
Syrie

La ville de Hama, berceau de la révolte syrienne

Des manifestants dans la ville de Hama, le 7 octobre 2011.
Des manifestants dans la ville de Hama, le 7 octobre 2011. AFP /YOU TUBE
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Alors que les observateurs de la Ligue arabe encore présents en Syrie ont repris ce jeudi 26 janvier 2012 leur mission, la répression se poursuit dans le pays. D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les forces syriennes ont lancé ce jour une offensive contre la ville de Douma, près de Damas. Et à 200 km au nord de la capitale, c'est la ville de Hama qui serait également, depuis deux jours, la cible d'une vaste offensive des forces syriennes. Une attaque qui survient 30 ans après une autre répression qui avait fait à l'époque quelque 20 000 morts.

Publicité

C'était il y a 30 ans. Le 2 février 1982 exactement. La ville de Hama, conduite par 150 officiers sunnites, se révolte après l’arrestation de plusieurs imams fondamentalistes. Deux ans auparavant, un militant des Frères musulmans avait tenté d'assassiner le président Assad, le père de Bachar. Pour mettre fin à l’insurrection, Hafez el-Assad donne l’ordre d’assiéger la ville.

Les combats opposent les troupes du contingent à la branche armée des Frères musulmans, mais aussi à la population. Les frappes aériennes et les tirs de mortier causent la mort de plusieurs milliers de civils. La garde prétorienne du régime multiplie aussi les actes de tortures, les exécutions sommaires et les privations en tout genre. Un tiers de la ville -connue jusqu'alors simplement pour ses trésors architecturaux-, sera détruite.

Après vingt-sept jours de siège, la ville comptera aussi ses morts. Ils sont entre 10 000 et 30 000, selon les sources. A l'époque, ces événements ne seront pratiquement pas relayés en Occident. Le pays était déjà totalement fermé et les réseaux sociaux -qui diffusent aujourd'hui images et vidéos des exactions- n'existaient pas encore.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.