Accéder au contenu principal
Golfe Persique

Les monarchies du Golfe expulsent les ambassadeurs syriens

Le Caire, 22 janvier 2012. Le ministre des Affaires étrangères de l'Arabie Saoudite, le prince Saoud al-Fayçal lors de la réunion de la Ligue arabe.
Le Caire, 22 janvier 2012. Le ministre des Affaires étrangères de l'Arabie Saoudite, le prince Saoud al-Fayçal lors de la réunion de la Ligue arabe. © Reuters/Suhaib Salem
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les monarchies arabes du Golfe ont décidé ce mardi 7 février d'expulser les ambassadeurs syriens dans leurs pays. Dans un communiqué, les six pays du Conseil de coopération du Golfe (Arabie Saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Oman, Qatar et Koweït) ont dénoncé le « massacre collectif » commis par le régime de Bachar el-Assad et appelé les pays arabes à prendre des « mesures décisives » pour arrêter la répression en Syrie.

Publicité

Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

En prenant une telle décision les 6 pays du Golfe expriment non seulement de l’inquiétude mais aussi de la colère. Ils estiment que le régime répressif de Bachar el-Assad a totalement ignoré la main que lui tendaient les pays arabes pour résoudre la crise et arrêter ce bain de sang.

Sous la férule de l’Arabie Saoudite les monarchies du Golfe dénoncent un massacre collectif, ils estiment que dans un tel climat de violence, les relations diplomatiques sont devenues improductives voire inutiles.

Les monarchies arabes ont donc décidé d’expulser les ambassadeurs syriens de leurs territoires et de rappeler leurs diplomates en poste à Damas.

Après l’échec au Conseil de sécurité, et le veto des Chinois et des Russes, il faut savoir que les pays du Golfe craignent non seulement pour le peuple syrien, 6 000 personnes ont trouvé la mort en un peu moins d’un an, mais ils ont surtout peur que ces massacres favorisent un peu plus l’instabilité dans une région plus que jamais en ébullition.

Samedi prochain, les ministres des Affaires étrangères des Etats du Golfe, se retrouveront à Riyad pour une ultime tentative de solution à la crise syrienne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.