Accéder au contenu principal
EGYPTE / ETATS-UNIS

ONG : l'Egypte dit chercher «activement» à résoudre l'affaire

Le sénateur américain John McCain (G) a rencontré le maréchal Hussein Tantaoui, chef d'Etat de facto de l'Egypte, au Caire, le 20 février 2012.
Le sénateur américain John McCain (G) a rencontré le maréchal Hussein Tantaoui, chef d'Etat de facto de l'Egypte, au Caire, le 20 février 2012. REUTERS/Middle East News Agency (MENA)
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les Etats-Unis suivent le dossier de près : l’affaire dite des ONG de défense de la démocratie en Egypte. Le 8 février dernier, les autorités égyptiennes annonçaient le lancement de poursuites contre des organisations accusées de financement illicite. Parmi elles, des ONG américaines ou allemandes. Mais pour Washington, ces accusations sont inacceptables. Cinq sénateurs américains dont l'ancien candidat à la présidentielle John McCain se sont rendus au Caire.

Publicité

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

La visite du sénateur américain entre dans le cadre des tentatives de Washington pour résoudre l’affaire des ONG. Il y a une semaine, c’était le chef d’état-major interarmées, le général Martin Dempsey, qui visitait le Maréchal Tantaoui qu’il connaît de longue date.

Comme au sénateur McCain, le chef du Conseil suprême des forces armées, qui coiffe l’exécutif égyptien, avait répondu qu’il œuvrait en vue de résoudre la crise.

Un discours rassurant mais qui, pour le moment, n’est suivi d’aucun effet. La date du procès en cour d’assises a été fixée au 26 février. Sur les 43 militants accusés d’avoir établi des branches non accréditées d’ONG étrangères, 19 sont américains. Parmi eux, le fils du secrétaire au Transport Ray Lahood. La ministre de la Coopération internationale Fayza Aboul Naga a jeté de l’huile sur le feu en accusant les cinq ONG américaines d’avoir cherché à semer le chaos en Egypte.

En réponse aux menaces américaines d’arrêter l’aide militaire à l’Egypte, les islamistes majoritaires au Parlement, ont déclaré qu’ils pourraient remettre en question le traité de paix avec Israël.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.