Accéder au contenu principal
Yémen

Victimes d’enlèvements, les étrangers vivant au Yémen se sentent menacés

RFI / Carte
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Depuis l’élection d’Abd Rabbu Mansour Hadi à la tête du Yémen fin février, le pays semble relativement calme ; plus de manifestations ni de points de contrôles militaires dans les grandes villes du pays. Cependant la situation sécuritaire se dégrade fortement notamment pour les étrangers : au moins cinq ont été enlevés ces trois derniers mois.

Publicité

Avec notre correspondante à Sanaa, Charlotte Velut

Le nombre d’enlèvement d’étrangers au Yémen depuis le début de l’année atteint un chiffre record : cinq en trois mois. Diplomates, travailleurs humanitaires ou encore professeur de langue, tous les profils ont été visés. Le mois dernier, un groupe tribal à la recherche d’un Français dans la capitale Sanaa aurait été appréhendé par l’armée yéménite.

L’ombre d’al-Qaïda

La semaine dernière, le vice-consul saoudien a été kidnappé dans la ville d’Aden au sud du pays alors qu’il sortait de son véhicule. Quelques jours plus tôt, c’est en rentrant chez elle cette fois qu’une Suissesse avait été enlevée dans la ville côtière de Hodeida par des membres supposés liés à al-Qaïda. Ces deux victimes sont en ce moment toujours détenues vraisemblablement dans le sud du pays réputé comme le bastion d’al-Qaïda au Yémen.

Afin de limiter les incidents, des messages sont diffusés au sein de la communauté des expatriés. Les organisations internationales ainsi que les ambassades ont renforcé leur mesure de sécurité. On conseille au personnel de ne pas se déplacer à pied, de recourir aux services de chauffeurs et gardes privés et d’éviter de fréquenter les cafés Internet et les supermarchés.

Cette situation montre bien que si le nouveau président du Yémen réussit à maintenir un calme précaire dans le pays, il ne parvient pas encore à établir son autorité sur le territoire, laissant une liberté d’action à toutes sortes de groupes incontrôlés : factions tribales ou membres de réseaux extrémistes, bien souvent liés à al-Qaïda.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.