Accéder au contenu principal
FRANCE/LIBYE

Polémique autour du financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007

L'ancien Premier ministre libyen Al Baghdadi Ali al-Mahmoudi.
L'ancien Premier ministre libyen Al Baghdadi Ali al-Mahmoudi. AFP / Hrvoje Polan
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Emprisonné en Tunisie depuis plusieurs mois pour franchissement illégal de frontière et hospitalisé en urgence pour hémorragie interne, l'ancien Premier ministre libyen al-Baghdadi al-Mahmoudi s'est exprimé mercredi par l'intermédiaire de ses avocats. Il affirme que le régime de Mouammar Kadhafi a financé la précédente campagne du candidat Sarkozy à hauteur de 50 millions d'euros. Selon lui, sa détention prolongée « serait à l'instigation du président français et aurait pour but de l'empêcher de révéler les détails de cette transaction... ».

Publicité

Après le fils de Kadhafi il y a quelques mois, c'est donc l'ancien Premier ministre libyen qui déclare à son tour, par l'intermédiaire de ses avocats, que Tripoli a bel et bien financé la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Ce marché aurait été conclu par Moussa Koussa, l'ex-chef des renseignements extérieurs libyens, et l'argent aurait transité par le Fonds libyen des investissements africains, dirigé à l'époque par un certain Bachir Saleh. Bachir Saleh, c'est l'homme qui se promène actuellement tranquillement à Paris selon Paris Match, alors qu'il est censé être visé par une notice rouge d'Interpol et que le Conseil national de transition au pouvoir à Tripoli réclame son extradition.

Cela dit, les nouvelles autorités libyennes considèrent de leur côté que la note publiée samedi dernier par le site Mediapart est fausse et qu'elle semble fabriquée. Le chef du CNT, Moustapha Abdeljalil, n'y a reconnu en effet ni le style ni les formules de politesse employés habituellement dans les écrits officiels de l'époque. De même qu'il n'aurait retrouvé aucune référence à cette lettre dans les archives du régime libyen déchu. Moussa Koussa ayant démenti être l'auteur de ce document controversé, Bachir Saleh ayant nié toute implication dans cette affaire, il y bien deux thèses diamétralement opposées qui s'affrontent désormais, comme par hasard, à nouveau sur fond d'élection présidentielle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.