Accéder au contenu principal
Egypte

Présidentielle égyptienne: des irrégularités constatées un peu partout dans le pays

Les Egyptiens participent ces samedi 16 et dimanche 17 juin au second tour de l'élection présidentielle. Deux candidats s'affrontent : Ahmad Chafiq et Mohammed Morsi.
Les Egyptiens participent ces samedi 16 et dimanche 17 juin au second tour de l'élection présidentielle. Deux candidats s'affrontent : Ahmad Chafiq et Mohammed Morsi. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les Egyptiens votent ce week-end pour élire leur président. Un second tour qui oppose le candidat des Frères musulmans Mohamed Morsi à Ahmad Chafiq le dernier Premier ministre d'Hosni Moubarak. Un vote qui s'est jusqu'à présent déroulé sans accroc majeur mais de nombreuses irrégularités ont été signalées par les observateurs déployés sur le terrain. 

Publicité

Avec notre envoyée spéciale au Caire, Murielle Paradon

Les partisans des deux candidats ont rivalisé d’imagination pour commettre des fraudes. Des électeurs se sont vus distribués des stylos à l’encre qui s’efface au bout de plusieurs heures. Objectif : fausser les bulletins de vote où il faut cocher le nom de celui qu’on choisit.

C'est venu des deux candidats (...) bien que les irrégularités commises par le camp Morsi soient plus importantes dans la plupart des gouvernorats, surtout dans le nord de l'Egypte...

Naswha Nashaat

Des sonneries de téléphones portables avec des slogans pro-Chafiq ou pro-Morsi ont également retenti dans les bureaux de vote. Plus classique, le bourrage d’urne avec des bulletins pré-remplis. Au moins 200 de ces bulletins falsifiés ont été retrouvés.

Ces irrégularités ont été signalées par plusieurs milliers d’observateurs déployés dans les 14 000 bureaux de vote à travers l’Egypte. Des fraudes confirmées ensuite par la commission électorale.

Selon une plateforme d’ONG, les irrégularités ont été commises en grande partie par les partisans de l’islamiste Mohamed Morsi mais un de ses porte-parole s’en est défendu en accusant le camp adverse, celui d’Ahmad Chafiq d’être le principal responsable.

Difficile de connaître en tout cas l’ampleur de ces fraudes et si elles peuvent influencer le résultat du scrutin. Aucun chiffre précis n’a été donné par la commission électorale et il reste encore une journée de vote ce dimanche.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.