Syrie

Syrie: la torture utilisée de manière systématique contre des opposants, selon Human Rights Watch

La torture en Syrie serait utilisée de manière systématique contre des opposants au régime de Bachar el-Assad, selon un rapport de l'ONG Human Rights Watch (HRW) qui a recueilli des témoignages d'anciens détenus mais également d'anciens membres des forces de sécurité. Grâce à plus de deux cents témoignages, vingt-sept centres de torture ont pu être identifiés à travers le pays.

Publicité

Human Rights Watch a interrogé plus de deux cents témoins, pour la plupart des détenus, qui racontent les conditions dans lesquelles ils étaient incarcérés et les différentes tortures qu'ils ont pu subir. Tous ces témoignages se ressemblent, comme l'explique Nadim Houry, responsable de HRW, spécialiste de la Syrie basé à Beyrouth.

« Ce rapport veut montrer où sont ces centres de détention de torture, en Syrie. Nous avons documenté cette torture depuis le début du soulèvement. Nous savons que c’était une réalité syrienne, même avant. Mais là, on est allé encore plus loin. C’est de montrer dans quel immeuble, en se basant sur les témoignages de personnes qui étaient dans ces centres, de gens qui ont fait défection, qui étaient des membres des services de sécurité qui travaillaient dans ces centres, mais aussi, utilisant la technologie comme les images satellites, pour montrer exactement l’immeuble et le décrire de façon très précise.

Pourquoi cette précision ? Parce que nous voulons que les observateurs internationaux visitent ces centres de détention, et aussi parce que nous voulons rappeler à la communauté internationale, que la torture continue aujourd’hui en Syrie, et elle est le produit d’une politique nationale, parce que ces vingt-sept centres de torture sont présents un peu partout à travers le pays, et sont gérés par les quatre agences principales des services de sécurité, connues sous le nom de mukhabarat en Syrie ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail