Accéder au contenu principal
Irak / Turquie

L'Irak demande à la Turquie de refuser le pétrole en provenance du Kurdistan irakien

L'exploitation pétrolifère de Tawke près de la ville de Zacho dans le Kurdistan irakien.
L'exploitation pétrolifère de Tawke près de la ville de Zacho dans le Kurdistan irakien. Getty Images/Muhannad Fala'ah
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'Irak a demandé, dimanche 15 juillet, à la Turquie, d'arrêter de se fournir illégalement en pétrole au Kurdistan irakien, au risque de mettre en péril les relations entre Ankara et Bagdad. C'est ce qu'a déclaré le porte-parole du gouvernement irakien. A l’origine du contentieux, un accord signé le mois dernier entre la région autonome kurde et la Turquie.

Publicité

Avec notre correspondante à Bagdad, Fatma Kizilboga

L’accord passé entre Ankara et Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, se veut pourtant clair : il ne s’agit pas d’acheter du pétrole mais de raffiner du brut en Turquie, avant de le réacheminer en Irak sous forme de produits pétroliers.

La région autonome du Kurdistan irakien accuse Bagdad de ne pas la fournir en essence et en gaz, comme le stipule la Constitution. Des allégations rejetées par le gouvernement central, qui dénonce l’individualisme des Kurdes.

Car ce qui s’apparente à une guerre économique n’est en réalité qu’une nouvelle illustration des aspirations indépendantistes kurdes. Une volonté que le président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, n’hésite plus à marteler dans ses discours.

Un scénario qui semble ne plus faire peur à Ankara, principal partenaire économique d’un Kurdistan irakien riche en pétrole et en plein boom économique. La même Turquie qui a récemment violement réprimé dans le sud-est du pays une manifestation pro-PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan. Un Kurdistan libre, oui, mais en dehors des frontières turques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.