Etats-Unis / Israël

Israël: à Jérusalem, Mitt Romney ému d'être dans la «capitale d'Israël»

Mitt Romney devant le Mur des Lamentations dans la vieille ville de Jérusalem, le 29 juillet 2012.
Mitt Romney devant le Mur des Lamentations dans la vieille ville de Jérusalem, le 29 juillet 2012. REUTERS/Nir Elias

Le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine, en tournée internationale, cherche à étoffer sa stature internationale. Mais l'étape en Israël, ce dimanche 29 juillet 2012, aura été, comme Londres, marquée par la polémique autour des propos du candidat américain. Après avoir critiqué l'organisation des Jeux olympiques en Grande-Bretagne, Mitt Romney a qualifié Jérusalem de «capitale d'Israël».

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

Sur les murailles de Jérusalem, ce dimanche, Mitt Romney se dit « ému ». Emu d’être là, « dans la capitale d’Israël », déclare le candidat républicain à l’élection présidentielle américaine. Le problème, c’est que les Etats-Unis ne reconnaissent pas officiellement Jérusalem comme capitale du pays. L’ambassade américaine se trouve à Tel-Aviv, comme celles de pratiquement tous les pays représentés en Israël.

Si les propos de Mitt Romney lui ont immédiatement valu les remerciements chaleureux de Benyamin Netanyahu, ils ont provoqué le courroux des Palestiniens, qui estiment que ces déclarations « portent atteinte aux intérêts américains dans la région, à la paix et à la stabilité ».

Les mots choisis par Mitt Romney ne sont pourtant pas une gaffe. Depuis le début de la campagne, le candidat républicain se pose en allié indéfectible d’Israël et en adversaire farouche de la politique prônée par Barack Obama au Proche-Orient. Lorsqu’il était candidat, en 2008, l’actuel président américain Barack Obama s’était dit favorable lui aussi, à titre personnel, à ce que Jérusalem devienne la capitale israélienne mais il a toujours lié cette question au statut final de l’accord de paix israélo-palestinien. Et il s’est depuis -prudemment- abstenu de revenir sur la question.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail