Etats-Unis / Iran

Iran : Washington retire les Moudjahidines du peuple de sa liste noire des organisations terroristes

La très charismatique dirigeante de l'OMPI Maryam Radjavi salue les sympathisants venus l'accueillir, le 3 juillet 2003 à Auvers-sur-Oise.
La très charismatique dirigeante de l'OMPI Maryam Radjavi salue les sympathisants venus l'accueillir, le 3 juillet 2003 à Auvers-sur-Oise. ( Photo : Reuters )

Les Etats-Unis ont annoncé officiellement le 28 septembre qu’ils retiraient les Moudjahidines du peuple d'Iran (OMPI) de la liste noire des organisations terroristes. Ce parti d'opposants iraniens y figurait depuis 1997. Il faut dire que les Moudjahidines du peuple avaient renoncé depuis longtemps à la violence et coopéré avec les services américains de renseignement pour glaner des informations sur les évènements en Iran.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

En annonçant sa décision, le Département d’Etat a expliqué que le groupe n’avait plus commis d’actes terroristes depuis des décennies. Ses militants avaient aidé les ayatollah à détrôner le shah d’Iran avant de s’attaquer à la théocratie.

Ils s’étaient ensuite ralliés à Saddam Hussein. A la suite de la chute du dictateur en 2003, ils avaient été relégués au Camp Ashraf dans l’est de l’Irak. Le gouvernement Maliki souhaitait les expulser. Ils ont finalement accepté de s’installer dans une ancienne base américaine à Bagdad.

En les retirant de sa liste noire, Washington a voulu les récompenser en partie pour ce transfert qui a évité un affrontement brutal avec les Irakiens. Mais évidemment, la principale raison est que les Moudjahidines du peuple ont renoncé à la violence et déposé les armes. Ils ont de plus fourni des renseignements sur le programme nucléaire iranien. Ils avaient à Washington de puissants supporters dans les deux partis.

Certains diplomates et experts de la région craignent toutefois que la mesure ne complique encore un peu plus les tentatives de négociation avec Téhéran et ne nuise à l’image des Etats-Unis auprès de l’Iranien moyen qui considère toujours les Moudjahidines du peuple comme des terroristes.

Pour  Afchine Alavi, l'un des porte-paroles du Conseil national de la résistance iranienne dont les Moujahidines du peuple sont membres, cette décision était attendue, car ces derniers ont depuis longtemps renoncé à la violence.

Les Moudjahidines du peuple ont toujours rejeté le terrorisme (...) Nous sommes partisans de ce que nous appelons la troisième voie, c’est-à-dire le changement démocratique par le peuple iranien et sa résistance qui rejettent les deux autres options, la complaisance à l’égard des mollahs ou la guerre.

Alchine Alavi

De son côté, Maryam Radjavi, la présidente de l'OMPI, a exprimé dans un communiqué de presse, toute sa satisfaction, après le retrait de son mouvement de la liste noire américaine :

 

Maryam Radjavi se réjouit de la décision de la Secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton. 

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance pour la période de transfert de la souveraineté au peuple iranien, s’est réjouie et a apprécié la décision de la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton de radier l’OMPI et le CNRI de la liste terroriste et d’avoir appliqué la décision de la justice.

Je comprends, a-t-elle dit, qu’il s’agit d’une décision difficile nécessitant du courage politique. C’est une décision juste qui aurait dû être prise il y a de longues années et qui ôte un obstacle majeur de la route de la lutte du peuple iranien pour la liberté. Pendant plus de dix ans, les mollahs ont mis toutes leurs forces dans la balance pour empêcher le retrait de cette étiquette. Ils ne cachent ni leur colère, ni leur déception et avec leurs lobbies, aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et dans le reste de l’Europe s’opposent avec hystérie à la décision de la Secrétaire d’Etat Clinton.

Dans les jours et les mois à venir nous espérons pouvoir nous faire davantage et mieux connaitre, ainsi que nos objectifs, à la communauté internationale et au peuple américain. Le gouvernement et le peuple américains découvriront que notre mouvement, contrairement à ce que dit la campagne de diabolisation et de désinformation derrière laquelle se trouve le fascisme religieux au pouvoir en Iran, est très éloigné des étiquettes et des accusations que lance ce régime et que notre mouvement ne fait que lutter pour la liberté et la démocratie en Iran face à une dictature qui exporte le terrorisme et l’intégrisme sous le couvert de l’islam.

Nous proposons un Iran non atomique, dans la paix, la sécurité, la démocratie et les droits de l’homme, la stabilité, le progrès l’amitié, et le développement économique dans cette région du monde, dans le respect des lois et des conventions internationales. 

Nous voulons un changement en Iran par le peuple iranien et sa juste résistance et la souveraineté populaire par la voie des urnes dans des élections libres. Nous voulons aussi que la communauté internationale mette définitivement fin à la politique de complaisance avec la dictature religieuse en Iran et qu’elle soutienne le droit à la liberté et à la résistance du peuple iranien.

La préoccupation immédiate des Iraniens, a ajouté Mme Radjavi, demeure le respect des droits fondamentaux et de la sécurité ainsi que l’amélioration des conditions de vie de près de 3300 de leurs amis et parents en Irak. Nous appelons la secrétaire d’Etat Clinton, les autres membres de l’ONU et le Conseil de sécurité à contraindre le gouvernement irakien à respecter leurs droits légaux de réfugiés, notamment leur droit à la propriété sur leurs biens, pour que loin de tout obstacle, menace et difficulté injustifiée, ils puissent êtres réinstallés dans des pays tiers.

Mme Radjavi a adressé ses remerciements sincères et rendu hommage aux personnalités éminentes et aux parlementaires américains et européens, ainsi qu’aux avocats de l’OMPI qui ont pris part à cette longue campagne, en payant un lourd tribut, aux côtés du peuple iranien et de sa résistance. Elle a particulièrement salué les personnalités qui ont témoigné devant le tribunal pour la vérité et la justice.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail