Syrie / Onu

Syrie: Lakhdar Brahimi achève sa mission mais les armes ne se taisent pas

Le convoi onusien de Lakhdar Brahimi quitte Damas, le 23 octobre 2012. L'émissaire des Nations unies est attendu par le Conseil de sécurité ce mercredi.
Le convoi onusien de Lakhdar Brahimi quitte Damas, le 23 octobre 2012. L'émissaire des Nations unies est attendu par le Conseil de sécurité ce mercredi. Reuters

L'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe en Syrie doit rendre compte ce mercredi 24 octobre, devant le Conseil de sécurité, de ses efforts pour parvenir à un cessez-le-feu à l'occasion de la fête musulmane de l'Aïd al-Adha, le week-end prochain. Lakhdar Brahimi a tenté de convaincre le président syrien qu'il a rencontré à Damas. Il a également exhorté l'opposition syrienne à mettre un terme au conflit. Mais la situation sur le terrain n'incite pas à l'optimisme.

Publicité

A l'approche de la fête de l'Aïd, Lakhdar Brahimi veut encore croire à ses chances d'obtenir une trêve. Mais l'espoir est maigre. Ce mardi 23 octobre, l'armée syrienne a de nouveau bombardé Alep, deuxième ville du pays, au nord, tuant au moins dix civils selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Tandis que dans l'est des combats et des bombardements avaient lieu à Deir Ezzor et à la frontière de l'Irak. Selon l'OSDH toujours, 112 personnes ont péri ce mardi.

... Qui parviendra à arrêter cette guerre ? Qui pourra arrêter ce génocide contre le peuple syrien. S’il veut (Lakhdar Brahimi, NDLR) une trêve et bien il doit faire en sorte que ce régime stoppe ses massacres à Alep, ou à Deir Ezzor... De quoi on nous parle ? C’est quoi cette trêve misérable de Brahimi.

Marwane Abu Omar: comment parler de trêve alors que les massacres de civils continuent ?

A Damas, le président Bachar el-Assad a fait mine de vouloir apaiser les choses en décrétant une amnistie si ce n'est qu'elle exclut les «terroristes», terme que le régime utilise pour désigner les rebelles.

Auparavant, le porte-parole de l'ONU avait évoqué une «réaction positive» du chef de l'Etat syrien à la proposition du médiateur. Mais jusqu'ici, ni le régime de Damas ni l'opposition, n'ont donné leur accord pour un quelconque cesse-le feu.

Volontariste, l'ONU a annoncé lundi travailler sur un projet de force de maintien de la paix en cas d'arrêt durable des violences. Mais on en est encore bien loin et cela nécessiterait de toute façon l'accord d'un Conseil de sécurité paralysé depuis des mois par le veto de la Chine et de la Russie qui protègent leur allié syrien.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail