Syrie / ONU

Les humanitaires peinent à faire face à l’exode massif des Syriens fuyant les combats

Des Syriens fuient la ville de Ras al-Ain vers la ville turque de Ceylanpinar, le 9 novembre 2012.
Des Syriens fuient la ville de Ras al-Ain vers la ville turque de Ceylanpinar, le 9 novembre 2012. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Près d’un demi-million de Syriens ont déjà fui la guerre qui ravage leur pays. Ils sont une dizaine de milliers à avoir franchi la frontière ces dernières heures, la majorité en direction de la Turquie. A Genève, ce vendredi 9 novembre, les agences humanitaires ont tenté de recueillir des fonds pour faire face à cet afflux inédit.

Publicité

Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

Plus de 400 000 réfugiés ont fui la Syrie et gagné les quatre pays voisins. L’exode va d’ailleurs s’accélérant. Ils ont été 11 000 à franchir les frontières au cours des dernières heures, dont 9 000 en direction de la Turquie. Jamais semblable cadence n’avait été enregistrée.

A l’intérieur même de la Syrie, 1,2 million de personnes se déplacent au gré des combats. Au total, ils sont 2,5 millions plongés dans le besoin et dépendant de l’aide internationale.

Les Nations unies avaient rassemblé en cette fin de semaine les institutions humanitaires et les gouvernements donateurs pour faire le point d’une situation qui se dégrade de jour en jour. Les agences d’entraide ont à, l’orée de l’hiver, insisté sur leur manque de moyens. Seuls 45% des 487 millions de dollars nécessaires ont été récoltés.

La communauté européenne et les Etats-Unis figurent aux premiers rangs des contributeurs. Mais, pour Claus Sorensen, responsable de l’action humanitaire de l’Europe, « il est tout simplement impossible de continuer à verser de telles sommes d’argent alors que la situation appelle une solution politique et que d’autres drames exigent assistance et soutien ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail