Israël / Territoires palestiniens

Israël prêt à s'engager sur tous les fronts

Patrouille de l'armée israélienne sur la frontière avec la bande de Gaza, le 11 novembre 2012.
Patrouille de l'armée israélienne sur la frontière avec la bande de Gaza, le 11 novembre 2012. REUTERS/Amir Cohen
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En riposte à des tirs d'obus sur le plateau du Golan en provenance du territoire syrien, l'armée israélienne a répliqué dimanche et ce lundi 12 novembre. Dans le sud de l'Etat hébreu, des dizaines d’obus et de roquettes palestiniennes tirés de la bande de Gaza ont fait 8 blessés. Les raids menés par l’armée israélienne ont fait 6 morts du côté palestinien.

Publicité

Il y a encore eu des raids israéliens sur la bande de Gaza durant la nuit, sans faire de victimes. Et ce lundi matin, onze roquettes palestiniennes ont été tirées vers le sud d'Israël. L'une d'entyre elles est tombée dans le jardin d’une maison dans la localité israélienne de Netivot, sans occasionner de blessés.

Plusieurs groupes palestiniens ont revendiqué ces attaques. Réaction du vice-Premier ministre israélien : « Nous allons durcir notre position jusqu'à ce que le Hamas cesse le feu ». Moshe Yaalon, qui intervenait sur la radio de l'armée, n'a pas précisé si Israël envisageait de revenir à sa politique d'assassinats ciblés de responsables palestiniens dans la bande de Gaza.

La situation est encore très instable mais il est vrai que l’Egypte est intervenue pour tenter d’obtenir une trêve. Plusieurs groupes palestiniens comme le Hamas qui contrôle la bande de Gaza et le Jihad islamique auraient accepté le principe du cessez-le-feu. Les prochaines heures seront donc cruciales.

Dimanche, le Premier ministre Benyamin Netanyahu s’est dit « prêt à l’escalade ». Ce lundi, les analystes israéliens sont partagés. Certains estiment que le gouvernement souhaite éviter une nouvelle opération de grande ampleur comme celle qui avait fait 1 400 victimes à l’hiver 2008-2009. D’autres, en revanche, pensent qu’une opération est devenue inévitable pour tenter de rétablir une trêve de longue durée.

Outre les tensions au sud autour de la bande de Gaza, Israël a effectué un tir de missile de sommation dimanche en direction du territoire syrien qui n’a fait ni victime ni dégât, mais qui résonne comme un avertissement après une série d’incidents.

Suite aux combats en Syrie, plusieurs obus se sont abattus ces derniers jours sur le plateau du Golan, qu’Israël a annexé après l’avoir conquis en 1967. A la mi-journée ce lundi 12 novembre, Israël a effectué une nouvelle riposte, après un tir d'obus sur le Golan et a annoncé avoir touché sa cible. Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, menace : si d’autres tirs syriens s’abattaient sur le Golan, il y aura une réponse israélienne.

Dans les localités frontalières, on a vérifié les abris ces dernières heures. Le risque du point de vue israélien, c’est celui d’un débordement du conflit syrien. Depuis le début de l’insurrection en Syrie, Israël a renforcé son système de clôtures, de barbelés et de tranchées à la frontière.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail