Syrie / ONU

Syrie : l'ONU suspend ses opérations à cause de l'insécurité

La ville d'Alep, en ruines, théâtre d'explosions meurtrières et de bombardements intensifs.
La ville d'Alep, en ruines, théâtre d'explosions meurtrières et de bombardements intensifs. REUTERS/SANA

Le climat s’alourdit encore un peu plus à Damas après l’avertissement lancé par la secrétaire d'Etat Hillary Clinton à la Syrie, estimant que l'éventuelle utilisation d'armes chimiques contre le peuple était «une ligne rouge » pour Washington. Les Nations unies ont décidé de suspendre leurs opérations en Syrie et de retirer leur «personnel non essentiel» du pays,

Publicité

Syrie : chronologie d'une révolte

L'ONU va suspendre ses missions en Syrie jusqu'à nouvel ordre, « en raison de la dégradation de la sécurité dans ce pays », explique la porte-parole des Nations unies qui annonce le retrait du personnel humanitaire non essentiel. Au total, 25 personnes devraient se retirer dès cette semaine sur la centaine que compte l’agence en Syrie.

L'ONU a également décidé de suspendre tous ses déplacements en dehors de Damas et de retirer certaines de ses agences de la ville d'Alep dans le nord du pays, une ville qui est le théâtre de combats entre l'armée syrienne et les opposants. La situation serait en train de changer de manière significative et les risques augmenteraient pour les humanitaires en raison des tirs aveugles et des affrontements entre les parties au conflit.

En raison de l'escalade de la violence, les Nations unies ont décidé de relocaliser le personnel non essentiel qui travaille en Syrie, et de suspendre ses déplacements dans le pays en attendant une nouvelle réévaluation de la situation sécuritaire.

Vannina Maestracci

Les combats se sont étendus récemment aux abords de l'aéroport de Damas, où les vols ont dû être suspendus pendant 48 heures. Un convoi de l'ONU qui quittait l'aéroport de Damas a été la cible de tirs vendredi. Jeudi, deux soldats de l'ONU avaient déjà été blessés alors que leur convoi se rendait à l'aéroport.

La décision de l'ONU a été suivie par l'Union européenne qui a réduit également sa délégation à Damas au strict minimum.

Par ailleurs, le gouvernement syrien doit faite face à une nouvelle défection. Le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères Jihad Makdissi, a quitté Beyrouth pour Londres hier lundi avec toute sa famille d’après l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail